NOUVELLES

Deux avions CF-18 de Bagotville escortent un avion de Sunwing vers Toronto

27/08/2014 10:48 EDT | Actualisé 27/10/2014 05:12 EDT

Deux avions CF-18 de la base militaire de Bagotville au Saguenay ont dû escorter un avion de la compagnie Sunwing vers Toronto en raison d'une dispute entre deux femmes à bord de l'appareil.

Elles ont été arrêtées par la police régionale de Peel, municipalité dans laquelle se trouve l'aéroport Pearson de Toronto. La police a indiqué par l'entremise du réseau social twitter que les deux femmes avaient un «comportement perturbateur à bord».

Sunwing a révélé dans un communiqué que les deux passagères «auraient consommé une grande quantité d'alcool acheté dans une boutique hors-taxe, pour ensuite s'allumer une cigarette et déclencher le détecteur de fumée des toilettes». Les deux femmes se seraient ensuite battues et auraient proféré des menaces contre le personnel et l'avion. Les menaces étaient considérées peu crédibles, considérant l'état des passagères, fait savoir la compagnie.

Les deux avions des forces canadiennes basés à Bagotville sont intervenus dans le cadre du programme de défense aérospatiale du NORAD.

Julie Roberge, porte-parole du NORAD, basée à Colorado Springs au Colorado, a indiqué que les deux CF-18 sont intervenus lorsque l'avion de Sunwing est entré en sol canadien. Le NORAD ne croyait pas nécessaire d'escorter le gros porteur entre la Caroline du Nord, où a été signalé l'incident, et le Canada, a-t-elle indiqué. Les avions américains étaient néanmoins en alerte.

«L'avion était en direction de Cuba. Au-dessus de la Caroline du Sud, le pilote de Sunwing a pris la décision de revenir vers Toronto. Par mesure de précaution, nous avons envoyé deux avions. C'est le protocole d'avoir deux avions et non seulement un seul», a indiqué Mme Roberge.

Le NORAD a des avions prêts à décoller à tout moment dans l'éventualité d'un incident dans le ciel nord-américain. «Dans ce cas-ci, les avions de garde étaient ceux de la base de Bagotville au Québec», a révélé Mme Roberge.

Une enquête a été ouverte par la police pour en savoir davantage sur le fil des événements.

PLUS:pc