NOUVELLES

Écosse: dernier débat télévisé sur l'indépendance, sur fond de querelles économiques

24/08/2014 12:37 EDT | Actualisé 24/10/2014 05:12 EDT
AFP

Les dirigeants des deux camps en lice pour le référendum du 18 septembre sur l'indépendance de l'Écosse se préparaient dimanche à leur dernier débat télévisé, sur fond de désaccords économiques, mais aussi de sujets plus légers comme le défi du seau d'eau glacé.

A trois semaines du référendum, la question du maintien de la livre sterling en Écosse, en cas de séparation du Royaume-Uni, s'est imposée au coeur des débats.

Ce thème devrait à nouveau être débattu lundi soir entre le Premier ministre écossais, Alex Salmond, chef de file des séparatistes, et Alistair Darling, à la tête de la campagne "Better Together".

M. Salmond propose une union monétaire entre l'Écosse et ce qui resterait du Royaume-Uni (Angleterre, Pays de Galles et Irlande du Nord), sous la supervision de la Banque d'Angleterre (BoE), tandis que le gouvernement de Westminster rejette cette perspective.

Sorti vainqueur, selon les commentateurs, du premier face-à-face télévisé, le camp du "non" a estimé que M. Salmond avait "un jeu de cartes difficile à jouer car il est hanté par une série de questions non résolue en cette fin de campagne".

Le leader des indépendantistes va utiliser ce débat pour expliquer pourquoi "l'Écosse peut, devrait et doit avoir les pouvoirs d'un pays indépendant", a souligné un porte-parole du Premier ministre écossais.

Ces derniers jours, la campagne a pris une tournure plus légère grâce à des personnalités ayant relevé le défi du seau d'eau glacé ("Ice Bucket Challenge"), un jeu servant d'appel au don pour une association caritative, devenu mondial grâce à internet.

L'acteur écossais James McAvoy s'est mouillé pour la cause, désignant Salmond et Darling pour en faire de même.

Le chef de la campagne "Better Together" s'est prêté au jeu vendredi, suivi dimanche par le chef du parti séparatiste, qui a ensuite défié le chef du gouvernement David Cameron.

Selon une synthèse des sondages réalisée par le Financial Times, 50% des quatre millions d'électeurs écossais voteraient pour rester sous pavillon de l'Union Jack, 37% seraient pour l'indépendance et 12% resteraient indécis.

Écosse: un référendum sur l'indépendance