POLITIQUE

Élections fédérales 2015 : les conservateurs parlent d'«élite» pour décrire Justin Trudeau et son entourage

21/08/2014 10:18 EDT | Actualisé 21/08/2014 10:20 EDT
CP

OTTAWA - Dans l'arsenal de communications que les conservateurs construisent contre le chef libéral Justin Trudeau, le mot "élite" semble être l'une des répliques les plus populaires.

Le premier ministre Stephen Harper a utilisé le mot "élite" à répétition en parlant de Justin Trudeau et de son entourage, dans le cadre de l'offensive que le parti prépare en vue des élections générales de 2015.

"Vous pouvez entendre les élites libérales, les commentateurs libéraux dans les médias et les groupes d'intérêts libéraux, et vous comprenez leur plan: dire aux Canadiens qu'il y a quelque chose de nouveau et d'excitant", a déclaré le premier ministre Harper mercredi en Colombie-Britannique, en faisant référence au chef libéral.

Le principal conseiller de M. Trudeau, Gerry Butts, a répliqué sur Twitter: "Mon père a travaillé dans les mines de charbon pendant 40 ans à Cap-Breton. Il serait fier que le premier ministre pense que son fils fait partie de l'élite".

Le discours de M. Harper lors du congrès conservateur de l'automne dernier a donné des indices de ce que les conservateurs considèrent comme l'élite: les lobbyistes, les universitaires, les fonctionnaires et les tribunaux ont tous fait l'objet du mépris du premier ministre.

M. Harper a été plus explicite quand il a parlé des "héros canadiens méconnus": les chauffeurs de taxi, les agriculteurs, les travailleurs forestiers, les pêcheurs, les employés d'usines et de bureaux, les personnes âgées et tout autre "Canadien honnête, correct et travailleur, ancien ou nouveau".

Le Parti conservateur avait déjà présenté le prédécesseur de M. Trudeau, Michael Ignatieff, comme un membre de l'élite et un universitaire arrogant. Dans une annonce attaquant l'ancien chef libéral, les conservateurs avaient notamment dit que M. Ignatieff ne s'intéressait qu'à lui-même.

Le commentateur conservateur Stephen Taylor s'attend maintenant à ce que les conservateurs commencent à faire circuler des images du chef libéral à bord de la Mercedes d'époque léguée par son père, l'ancien premier ministre Pierre Elliott Trudeau.

Néanmoins, ce n'est pas à l'aisance financière que les conservateurs pensent quand ils parlent des élites, souligne M. Taylor, vice-président des affaires publiques numériques chez FleishmanHillard.

"Faire partie de l'élite ne signifie pas que quelqu'un a plus d'argent ou une meilleure éducation", affirme-t-il. "L'élite, tel que le concept est utilisé politiquement au Canada, suggère qu'une personne qui veut se faire élire sait peut-être mieux que vous ce qui est bon pour vous."

L'objectif de cette rhétorique, ajoute M. Taylor, est de séduire un large bassin d'électeurs de la classe moyenne préoccupés par leur situation financière.

L'ancien premier ministre australien John Howard avait utilisé un message similaire lorsqu'il a été porté au pouvoir pour la première fois en 1998, en qualifiant de "battants" ceux qui ne faisaient pas partie de l'élite, soit les familles de la classe moyenne ayant de la difficulté à joindre les deux bouts.

Mais contrairement à M. Howard, M. Harper est premier ministre depuis huit ans, et on ne peut pas dire qu'il est un nouveau venu tentant de faire sa place sur l'échiquier politique. De plus, il s'est souvent entouré de membres de la haute société canadienne, incluant les millionnaires Nigel Wright et Irving Gerstein à des fonctions importantes. M. Harper a aussi nommé de riches Canadiens au Sénat, comme par exemple Nicole Eaton, Linda Frum et David Braley.

Pour David Coletto, directeur général de la firme de sondage et de recherche Abacus Data, plus M. Harper se maintiendra longtemps au pouvoir et plus il sera difficile d'utiliser de tels messages contre ses opposants.

Mais présenter Justin Trudeau comme un membre de l'élite pourrait encore avoir une certaine résonance auprès de l'électorat principal des conservateurs, estime M. Coletto, particulièrement dans l'ouest du pays où plusieurs n'ont toujours pas digéré le programme énergétique national de son père.

Alors que les sondages indiquent un rétrécissement du bassin d'électeurs conservateurs potentiels, le parti choisit des messages plus tranchants.

"C'est pour rappeler aux électeurs les raisons pour lesquelles ils ont voté conservateur au départ et pour leur rappeler qui ils ont délogé du pouvoir, c'est-à-dire ces libéraux élitistes qui pensaient avoir un droit naturel de gouverner", analyse M. Coletto.

"Dans leur esprit, Justin Trudeau est la quintessence de ce groupe de personnes."

À VOIR AUSSI :


Justin Trudeau au fil des années


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?