POLITIQUE

Le CRTC propose des modifications majeures au système de télévision canadien

21/08/2014 06:53 EDT | Actualisé 21/08/2014 06:54 EDT
REB Images via Getty Images

OTTAWA - Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a proposé jeudi une série de scénarios qui modifieraient considérablement la façon dont les Canadiens reçoivent et paient leurs services de télévision.

Les propositions rendues publiques par le CRTC incluent l'obligation, pour les câblodistributeurs et les fournisseurs de chaînes satellite, d'offrir un service de base composé en majeure partie de chaînes canadiennes locales. L'agence de réglementation suggère un prix de détail plafonné entre 20 $ et 30 $ pour ce service de base.

Les fournisseurs de services pourraient aussi permettre à leurs abonnés de créer leur propre forfait personnalisé, ou de choisir parmi des forfaits préassemblés.

Les propositions, qui font suite à des consultations avec le public et l'industrie, se traduiront sans doute par une nouvelle façon de livrer le contenu télévisuel aux consommateurs, selon le président du conseil du CRTC, Jean-Pierre Blais. "La façon dont les Canadiens consomment le contenu télévisuel, ce qu'on peut qualifier de contenu télévisuel et la façon dont la technologie influence le tout sont des questions si importantes que je m'attends à ce que les changements soient considérables", a-t-il expliqué jeudi en entrevue.

Mais au moins un groupe de défense des consommateurs affirme que le CRTC n'en a pas fait suffisamment, et qu'il devrait permettre aux Canadiens de tout choisir. "Dans quel magasin, ou n'importe où ailleurs, exige-t-on que vous achetiez certaines choses avant de pouvoir acheter ce que vous voulez?", s'est interrogé le président de l'Association des consommateurs du Canada, Bruce Cran.

Selon lui, les consommateurs devraient pouvoir sélectionner des chaînes individuellement, sans devoir payer pour un service de base, aussi simple soit-il. M. Cran dit tout de même comprendre que le CRTC a le mandat de s'assurer qu'une certaine quantité de contenu canadien soit offerte.

Le ministre de l'Industrie, James Moore, avait annoncé en octobre dernier qu'il souhaitait que les téléspectateurs canadiens aient davantage de choix. Le gouvernement avait alors dressé un plan visant à transformer la façon dont le contenu télévisuel est distribué au pays.

Parmi les autres propositions, les stations locales seraient par ailleurs autorisées à fermer leurs émetteurs, ce qui pourrait déplaire aux consommateurs qui préfèrent obtenir leurs chaînes grâce à une antenne. "C'est une idée que nous souhaitons explorer", a indiqué M. Blais, ajoutant que la proposition pouvait être débattue. Environ huit pour cent des téléspectateurs canadiens reçoivent gratuitement leur contenu télévisuel grâce à une antenne.

Le CRTC propose également de permettre aux chaînes et réseaux télévisés d'inclure dans leurs revenus totaux les recettes tirées de leurs émissions offertes en ligne et sur d'autres plateformes, pour fins de calcul de leur "contenu canadien".

Le CRTC souligne n'avoir pas encore décidé quelles options il sélectionnera parmi ces scénarios, et donne aux Canadiens jusqu'au 19 septembre pour se prononcer en ligne sur ces propositions. Une consultation publique se tiendra également le 8 septembre à Gatineau. Le CRTC s'attend à ce que les nouvelles règles adoptées entrent en vigueur d'ici décembre 2015.

À VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST :

Les radiodiffuseurs publics les mieux financés par habitant

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?