NOUVELLES

Un responsable jihadiste tué par le Hezbollah libanais en Syrie (ONG)

19/08/2014 05:59 EDT | Actualisé 19/10/2014 05:12 EDT

Un chef du groupe jihadiste de l'Etat islamique (EI) impliqué dans des attentats suicide au Liban a été tué par le Hezbollah chiite, allié de Damas, dans la région syrienne de Qalamoun, proche de la frontière libanaise, a rapporté mardi une ONG.

Abou Abdallah al-Iraki, un Irakien, "était un des responsables de l'EI en charge des préparatifs des attentats suicide. Il a été tué par une bombe placée par le Hezbollah au bord de la route et qui a explosé au passage de son véhicule", indique l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Trois autres jihadistes ont été tués dans cette opération", a précisé l'ONG qui dispose d'un large réseau de sources civiles, médicales et militaires sur le terrain.

La télévision du Hezbollah a annoncé pour sa part qu'Abou Abdallah al-Iraki avait été "tué dans une opération de l'armée syrienne dans le Qalamoun".

"Il était chargé de la préparation des kamikazes et de piéger des voitures utilisées dans les attentats suicide, dont ceux qui ont eu lieu au Liban", précise la chaîne qui publie une photo de la tête ensanglantée d'un homme, enveloppée d'une gaze.

Le Hezbollah, puissant parti armé libanais, combat depuis plus d'un an les rebelles et les jihadistes en Syrie aux côtés de l'armée syrienne, ses combattants aguerris ayant permis au régime de reprendre de nombreux bastions de l'opposition armée.

Plusieurs attentats suicide ont frappé le Liban depuis l'été 2013, notamment dans des bastions du Hezbollah. Des groupes extrémistes, dont l'EI, avaient revendiqué ces opérations, affirmant avoir agi en représailles à l'engagement du parti chiite en Syrie.

A la mi-avril, l'armée syrienne et le Hezbollah ont repris les localités de Qalamoun, qui était un bastion de la rébellion, mais les insurgés se sont repliés vers ses hauteurs d'où ils mènent des opérations de guérilla, faisant des dizaines de morts parmi les combattants du parti chiite, selon l'OSDH.

Des jihadistes de l'EI mènent également des opérations contre l'armée syrienne et le Hezbollah même si, dans le conflit complexe et multiforme qui ravage la Syrie, rebelles et jihadistes sont en conflit ouvert.

ram/sk/vl

PLUS:hp