NOUVELLES

Israël rappelle ses négociateurs au Caire après des tirs de roquettes

19/08/2014 07:32 EDT | Actualisé 19/10/2014 05:12 EDT

JÉRUSALEM - Les efforts égyptiens envers une solution durable au conflit d'un mois entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza ont semblé s'écrouler, mardi, après qu'Israël se soit éclipsé des négociations en réponse à des tirs de roquettes des Palestiniens.

Le retrait israélien des discussions est survenu quelques heures avant une échéance mardi à minuit, laissant planer le doute sur le sort des négociations et soulevant la possibilité d'une reprise de combats violents.

Un responsable israélien a révélé que le premier ministre Benyamin Nétanyahou a ordonné à ses négociateurs de rentrer du Caire. La décision israélienne et la soudaine flambée de violence mettent sérieusement en péril les efforts égyptiens pour en venir à une trêve à long terme.

Les combats semblaient s'intensifier tard mardi. Les autorités israéliennes ont rapporté qu'au moins 50 roquettes avaient été tirées, déclenchant les sirènes d'alarme aussi loin que Tel-Aviv et Jérusalem. On ne signalait pas de blessés pour le moment.

Des responsables palestiniens dans la bande de Gaza ont rapporté plus d'une vingtaine de raids israéliens. Les responsables ont affirmé que trois personnes, deux femmes et une fillette de deux ans, avaient été tuées dans une frappe aérienne sur une maison.

La cible de l'attaque n'était pas encore connue. Mais au Caire, un haut responsable du Hamas, Moussa Abou Marzouk, a soutenu que les morts incluent l'épouse et un enfant de Mohammed Deïf, chef militaire du groupe, ayant échappé à de multiples tentatives d'assassinat par Israël. Il n'y avait pas eu dans l'immédiat de confirmation de leaders du Hamas dans la bande de Gaza.

Au moins 21 personnes, incluant 14 femmes et enfants, ont été blessées dans un autre raid ayant frappé un édifice abritant les bureaux de la station de télévision Al-Aqsa du Hamas dans la ville de Gaza, a-t-on soutenu.

Des responsables palestiniens et des Nations unies affirment que plus de 2000 Palestiniens, la plupart des civils, ont été tués depuis les débuts des combats le 8 juillet. Soixante-sept personnes sont mortes du côté israélien, soit 64 soldats et trois civils.

Le porte-parole du gouvernement israélien, Mark Regev, a expliqué que les pourparlers indirects avec le Hamas s'appuyaient sur l'absence de toute violence. En violant le cessez-le-feu, a-t-il ajouté, le Hamas brise les assises des négociations. M. Regev n'a pas voulu dire si les négociateurs israéliens reviendront au Caire ou si Israël reprendra les pourparlers devant mener à une trêve.

Au Caire, des négociateurs palestiniens ont confirmé la fin des négociations de cessez-le-feu, et ont dit prévoir quitter l'Égypte mercredi.

Azzam al-Ahmed, à la tête de la délégation palestinienne, composée de diverses factions, a blâmé Israël pour l'échec des négociations, mais a dit garder espoir d'une reprise des échanges.

«Nous avons dit aux Égyptiens être prêts à revenir à la table s'ils rétablissent un atmosphère propre à la négociation», a-t-il dit, ajoutant que les Palestiniens avaient soumis une proposition finale de cessez-le-feu.

«Il est clair que les Israéliens ne sont pas intéressés par un cessez-le-feu. Nous n'avons rien entendu de leur part», a exprimé le proche conseiller du président Mahmoud Abbas.

PLUS:pc