NOUVELLES

Pérou : vente aux enchères des bijoux de l'éminence grise de Fujimori

18/08/2014 03:44 EDT | Actualisé 18/10/2014 05:12 EDT

Une collection de bijoux et de montres de luxe évaluée à un million de dollars, appartenant à l'éminence grise de l'ex-président Alberto Fujimori, a été mise aux enchères lundi par les autorités péruviennes.

Son propriétaire, aujourd'hui derrière les barreaux, était Vladimiro Montesinos, ancien chef des services secrets péruviens.

Le lot, dont la vente se poursuivra mardi, comprend notamment 39 montres, 76 paires de boutons de manchette, 18 bagues et divers objets en or 18 carats dont des médailles, des porte-clés et des pinces à cravate, acquis avec des deniers publics.

Le tout, généralement en or massif et incrusté à profusion de pierres précieuses, est évalué à plus d'un million de dollars, selon la Commission nationale des biens du gouvernement (Conabi) qui a organisé les enchères.

Le clou de la vente est une montre suisse en or blanc et platine incrustée de 400 diamants mise à prix à 448.000 soles (environ 161.000 dollars), a précisé à la presse Maria del Pilar Sosa, présidente de la Conabi.

L'argent tiré de la vente sera utilisé en partie pour le renforcement des institutions luttant contre la corruption et le crime organisé, dont le ministère de la Justice et la police.

"Le fait que les bijoux soient en or et en diamants témoigne de l'obscénité de la corruption qui a régné sous le gouvernement de Fujimori", a déclaré à l'AFP l'ancien procureur chargé de la lutte contre la corruption, Julio Arbizú.

"C'est la première fois que les autorités péruviennes mettent des bijoux aux enchères", a-t-il précisé, ajoutant que les 14 ans de procédure pour organiser la vente sont dus aux "lenteurs du processus judiciaire pour mener à bien la lutte contre la corruption".

Vladimiro Montesinos, 69 ans, avait notamment dirigé les services de renseignement (SIN), et contrôlait l'armée, le pouvoir judiciaire et les médias.

En 2000, la diffusion d'une cassette vidéo avait révélé une partie de ses obscures activités et il avait alors dû fuir son pays, tout comme le président Fujimori quelques mois plus tard.

Rattrapé par la justice au Venezuela, Montesinos a été condamné à 20 ans de prison pour trafic d'armes et 15 ans pour corruption. Il est détenu dans une prison de sécurité maximale sur une base militaire près de Lima.

Alberto Fujimori, l'ex-homme fort du Pérou (1990-2000), aujourd'hui âgé de 75 ans, purge, quant à lui, une peine de 25 ans de prison pour violations des droits de l'Homme, corruption et abus de pouvoir.

bur-ms/ka/bds

PLUS:hp