NOUVELLES

Oman: le sultan Qabous en Allemagne pour des examens médicaux

18/08/2014 12:20 EDT | Actualisé 18/10/2014 05:12 EDT

Le sultan Qabous d'Oman, 73 ans, se trouve depuis plus d'un mois en Allemagne où il poursuit des "examens médicaux", a indiqué lundi son cabinet, affirmant qu'il se portait bien.

Le sultan "est en bonne santé après avoir subi des examens médicaux, qu'il doit poursuivre durant la prochaine période conformément à un programme médical précis", a annoncé le cabinet dans un communiqué publié par l'agence officielle ONA.

Le cabinet ne précise pas la nature des examens, ni la durée du programme médical qu'il doit suivre, alors que des informations non confirmées circulent selon lesquelles le souverain omanais souffrirait d'un cancer du colon.

Une source diplomatique à Mascate, interrogée par l'AFP, a confirmé "le diagnostic d'un cancer du colon", ajoutant "ne pas disposer d'informations sur l'évolution de la maladie".

Le souverain s'était rendu le 9 juillet (bien le 9) en Allemagne pour une visite "privée" et des "examens médicaux", selon les autorités.

Dans son communiqué, le cabinet royal indique que le souverain poursuit "ses vacances annuelles dans sa résidence en Allemagne d'où il dirige les affaires de la patrie (...) jusqu'à son retour" au pays.

Il possède une résidence dans la région de Munich, a précisé la source diplomatique, faisant état de récentes informations, non confirmées, selon lesquelles le sultan serait rentré à Oman.

Le sultan Qabous, qui fête en novembre le 44ème anniversaire de son accession au trône, n'a pas d'enfants, ni de frères. Ses cousins sont les membres de sa famille les plus proches.

En octobre 2011, il a modifié par décret le mécanisme de succession, associant à la décision du choix de son successeur les présidents du Conseil d'Etat --une sorte de Sénat composé de 57 membres désignés--, du Majlis al-Choura --une assemblée de 84 membres élue au suffrage universel direct-- et de la Cour suprême.

Selon la Constitution promulguée en 1996, le sultan doit désigner, dans une lettre qui serait ouverte par le conseil de famille, son successeur, obligatoirement un membre mâle de la dynastie des Bou Saïd.

Si le conseil de famille, dans un délai de trois jours après la vacance du pouvoir, est incapable de désigner son successeur, le conseil de défense doit confirmer le choix du sultan en associant désormais les présidents du conseil d'Etat, du Majlis al-Choura de la Cour suprême.

bur/tm/faa

PLUS:hp