NOUVELLES

L'Égypte annonce une prolongation de 24 heures des négociations Israël-Hamas

18/08/2014 08:52 EDT | Actualisé 18/10/2014 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Le gouvernement égyptien a annoncé lundi une prolongation de 24 heures des discussions de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

L'annonce a été faite lundi soir, moins d'une heure avant l'échéance prévue de la trêve temporaire conclue précédemment dans le conflit dans la bande de Gaza. Par communiqué, l'Égypte a confirmé qu'il n'y avait pas eu conclusion d'une entente sur une solution durable, mais que les discussions se poursuivraient.

L'agence de nouvelles officielle de l'Égypte, citant une déclaration officielle, indique que «les Palestiniens et les Israéliens ont convenu de prolonger le cessez-le-feu pour 24 heures pour poursuivre les négociations en cours».

Les négociateurs israéliens et palestiniens qui tentent d'en venir à une entente sur la bande de Gaza ont durci le ton, lundi au Caire, alors qu'approchait la fin de la trêve de cinq jours conclue la semaine dernière.

Les deux camps semblent toutefois peu enclins à reprendre les affrontements violents qui ont causé de lourds dommages au petit territoire côtier.

Des négociations indirectes se déroulent depuis la semaine dernière au Caire, par l'intermédiaire de médiateurs égyptiens.

Les pourparlers ont repris dimanche, après une pause de deux jours pour des consultations à travers le Moyen-Orient, mais les écarts entre les deux camps demeurent importants, chacun semblant déterminé à obtenir le plus de concessions possible.

Le blocus de la bande de Gaza, imposé par Israël et l'Égypte en 2007, demeure la principale pierre d'achoppement. Il freine largement la circulation des biens et des personnes entre Gaza et l'extérieur, et a mis fin à pratiquement toutes les exportations gazaouies.

Un négociateur palestinien, Qais Abdoul Karim, a expliqué à l'Associated Press, dimanche, qu'Israël a exigé des garanties du désarmement du Hamas et d'autres factions militantes, tandis que les Palestiniens ont demandé une levée inconditionnelle du blocus.

Le Hamas a fréquemment affirmé qu'il ne renoncerait jamais à ses armes, tandis qu'Israël réclame un certain contrôle sur les frontières pour mettre fin au trafic d'armes et d'explosifs. Les médiateurs égyptiens ont demandé aux délégués palestiniens de formuler des propositions alternatives sur la question des frontières, et ceux-ci étaient réunis en début de journée, lundi.

Par ailleurs, le ministre norvégien des Affaires étrangères a annoncé lundi que son pays et l'Égypte sont à organiser, au Caire, une conférence de pays donateurs pour la reconstruction de Gaza. Boerge Brende a expliqué que les invitations seront lancées dès qu'une entente aura été conclue entre Israël et le Hamas.

La conférence pourrait avoir lieu au début du mois de septembre. M. Brende a indiqué que les pays donateurs souhaitent que l'aide soit remise au gouvernement du président palestinien Mahmoud Abbas, qui sera responsable de la reconstruction.

M. Brende a ajouté que le blocus doit être modifié pour permettre la circulation des biens et des personnes.

Enfin, le service israélien de sécurité Shin Bet dit avoir fait échouer un complot du Hamas pour renverser le gouvernement Abbas en Cisjordanie. Shin Bet dit avoir arrêté 90 personnes et saisi des armes et plus de 170 000 $ US au cours des derniers mois, en lien avec ce complot présumé qui aurait été orchestré par Salah Arouri, un dirigeant du Hamas installé en Turquie.

PLUS:pc