NOUVELLES

Iran: HRW demande la libération de dizaines de "prisonniers politiques"

18/08/2014 08:01 EDT | Actualisé 18/10/2014 05:12 EDT

L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch a appelé mardi les autorités iraniennes à libérer plusieurs dizaines de "prisonniers politiques" détenus selon elle pour avoir "exercé leurs droits fondamentaux".

"L'élection il y a un an d'un nouveau président se déclarant modéré (Hassan Rohani) avait créé l'espoir que beaucoup de prisonniers politiques seraient libres rapidement, mais nombre d'entre eux sont toujours derrière les barreaux", a déclaré dans un communiqué le vice-directeur de HRW pour le Proche-Orient et l'Afrique du Nord, Joe Stork.

Dans 63 cas, les prisonniers ont été condamnés pour "avoir exercé leurs droits fondamentaux, notamment le droit d'expression et de rassemblement", affirme HRW dans ce communiqué, à l'occasion de la publication d'un rapport sur le sort de 189 personnes détenues dans trois prisons à Karaj (50 km à l'ouest de Téhéran).

L'ONG basée à New York cite notamment 33 membres dont cinq dirigeants de la communauté Baha'ie, une minorité religieuse non-reconnue en Iran, deux religieux chrétiens et deux convertis au christianisme, neuf journalistes et blogueurs ainsi que sept avocats défenseurs des droits de l'Homme, notamment Mohammad Seifizadeh, co-fondateur du Centre des défenseurs des droits de l'Homme présidé par Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix.

HRW soupçonne également "une violation flagrante" dans la procédure judiciaire ayant conduit à la condamnation à mort de 126 autres prisonniers, dont 35 risquent une "exécution imminente", pour des activités liées au "terrorisme".

Le président Rohani "devrait s'exprimer clairement en faveur d'un moratoire sur les exécutions dans la mesure où il y a un doute sérieux sur l'équité des tribunaux révolutionnaires", a plaidé M. Stork, soulignant que "l'Iran doit libérer toute personne arrêtée pour avoir exercé ses droits légaux".

bur/emb

PLUS:hp