NOUVELLES

Ebola: le Cameroun ferme toutes ses frontières avec le Nigeria (officiel)

18/08/2014 02:02 EDT | Actualisé 18/10/2014 05:12 EDT

Le Cameroun a fermé toutes ses frontières avec le Nigeria pour prévenir la propagation de la fièvre Ebola, a-t-on appris lundi soir de source officielle.

"Toutes les frontières (aériennes, maritimes et terrestres) du Cameroun avec le Nigeria sont fermées. Notre logique est qu'il est préférable de prévenir plutôt que de guérir", a annoncé à l'AFP le ministre camerounais de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary.

"Le gouvernement a pris cette décision en toute connaissance de cause pour protéger ses populations (des risques de contamination)", a expliqué Bakary.

"La mesure sera observée pendant la période d'incubation" de la maladie, soit une quarantaine de jours, a-t-il précisé.

"Si aucun nouveau cas n'est enregistré au Nigeria, nous allons rouvrir les frontières. Le gouvernement a aussi décidé de restreindre la circulation avec les (autres) pays infectés", a ajouté le porte-parole du gouvernement.

"Nous avons suspendu tous les vols vers et en provenance du Nigeria", a également déclaré le ministre à la BBC en langue haoussa, jugeant cette décision du Cameroun "difficile mais nécessaire".

Aucun cas d'Ebola n'a été signalé à ce jour au Cameroun, qui partage avec le Nigeria près de 2.000 km de frontière commune. Le virus d'Ebola a fait quatre morts à Lagos, avec une douzaine de personnes infectées, selon les autorités nigérianes.

La mesure était déjà effective lundi dans la province de l'Extrême-Nord. "Plus personne ne traverse la frontière à notre niveau parce qu'elle est fermée (...) à cause d'Ebola", a confirmé un policier en poste à Fotokol, ville frontalière du Nigeria.

"Le sous-préfet a ordonné (...) qu'on ferme la frontière à cause d'Ebola. Actuellement, il pleut et les gens ne peuvent plus aisément contourner le pont(où se trouve le poste frontalier) comme ils le font en saison sèche", a précisé ce policier.

Depuis un an, la multiplication des violences liée aux activités du groupe islamiste nigérian Boko Haram a poussé des milliers de Nigérians à se réfugier dans cette région de l'Extrême-Nord. Ces flux difficiles à contrôler, font craindre un risque sanitaire avec l'expansion du virus Ebola.

Toujours dans l'Extrême-Nord, Nigérians et Camerounais partagent de nombreux liens -linguistiques, culturels...- et les échanges commerciaux y sont importants.

"Les douanes camerounaises ont fermé la frontière samedi et interdisent de traverser pour nos commerces habituels", a constaté Sani Datti, à Gamboru Ngala, du côté nigérian de la frontière. "Les commerçant ont dû tous repartir avec leurs marchandises", selon Kyari Umar, autre habitant de Gamboru Ngala.

Dans la région du Nord-Ouest, autre région frontalière plus au sud, il est désormais "interdit" de traverser les frontières de part et d'autre, a également confirmé la radio d'Etat.

En cinq mois, l'épidémie d'Ebola, la plus grave depuis l'apparition de cette fièvre hémorragique très contagieuse en 1976, a fait 1.145 morts, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS): 413 au Liberia, 380 en Guinée, 348 en Sierra Leone et quatre au Nigeria.

La semaine dernière, les autorités sanitaires camerounaises sont montées au créneau pour rassurer la population alors qu'une rumeur persistante faisait état de l'apparition d'un cas d'Ebola dans un hôpital de Douala (sud), la capitale économique.

rek-hba/jmc

PLUS:hp