POLITIQUE

Claude Patry maintient le suspense sur son avenir au Bloc québécois

18/08/2014 01:13 EDT | Actualisé 18/10/2014 05:12 EDT
PC

Le député du Bloc québécois dans Jonquière-Alma, Claude Patry, conserve le silence sur son avenir, alors qu'il doit rencontrer son chef en tête-à-tête, lundi.

Les rumeurs circulent depuis la fin de semaine au sujet de la possibilité de voir l'ancien chef syndical quitter le Bloc avant la prochaine élection fédérale.

Lundi matin, Claude Patry a rencontré le président de l'association bloquiste du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Robert Bouchard, mais rien n'a filtré des discussions.

Quant à la rencontre avec le chef du Bloc, Mario Beaulieu, elle doit avoir lieu en fin d'après-midi.

Partisan d'André Bellavance lors de la course à la direction du Bloc québécois, Claude Patry avait admis sa déception lors de l'élection de M. Beaulieu. Il avait toutefois assuré qu'il s'était rallié au nouveau chef, ajoutant qu'il était prêt à terminer son mandat sous sa direction.

Une rencontre planifiée de longue date, selon Louis Plamondon

Le député bloquiste Louis Plamondon soutient que la rencontre prévue aujourd'hui entre Mario Beaulieu et Claude Patry est prévue de longue date et que les deux hommes doivent discuter des orientations du parti.

Le député de Bas-Richelieu-Nicolet-Bécancour dit avoir parlé M. Patry en fin de semaine, et que ce dernier a été surpris que les médias affirment qu'il serait en réflexion quant à son avenir au sein de la formation souverainiste.

M. Plamondon admet cependant que M. Patry avait déjà évoqué son âge pour laisser entendre qu'il se limiterait probablement à un seul mandat.

Un « malaise » au Bloc, croit Gilles Duceppe

L'ex-chef du Bloc Gilles Duceppe affirme pour sa part à Radio-Canada qu'il n'a « aucune idée » de ce qui se passe avec Claude Patry.

Il estime toutefois que le départ du député Jean-François Fortin la semaine dernière démontre qu'il y a un « malaise certain » au sein de la formation souverainiste.

M. Duceppe dit que M. Fortin l'a appelé la semaine dernière avant qu'il ne présente sa lettre de démission du Bloc.

« Je lui ai dit que moi j'aurais préféré qu'il demeure à l'intérieur du Bloc pour mener le débat, parce que la division n'est certes pas une bonne chose pour le mouvement souverainiste », a-t-il expliqué.

Gilles Duceppe dit qu'il demeure « fondamentalement toujours en désaccord » avec les propos de Mario Beaulieu, qui dénonce la « « stratégie étapiste et attentiste » utilisée par le mouvement souverainiste depuis 20 ans.

Il croit que son successeur devrait « rectifier » ses propos, qui étaient « erronés ». Selon lui, Mario Beaulieu estime plutôt qu'il ne s'agit là que d'une « question de style ».

M. Duceppe ajoute cependant qu'il était d'accord avec les récentes déclarations de M. Beaulieu sur l'assurance-emploi, la création d'une commission canadienne des valeurs mobilières et sur le conflit au Moyen-Orient.

Comité de sages

Gilles Duceppe assure qu'il ne fera pas partie d'un « comité de sages » constitué au Bloc québécois. Le quotidien Le Devoir rapporte lundi que Mario Beaulieu l'a invité à faire partie d'un tel groupe, à l'instar de l'ex-chef bloquiste Daniel Paillé et de l'ex-premier ministre du Québec Bernard Landry. M. Duceppe, qui présentera des analyses politiques pour Radio-Canada un lundi sur deux, indique qu'une telle tâche « serait en contradiction » avec son travail pour la société d'État.

Mario Beaulieu en 12 citations


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?