NOUVELLES

Centrafrique: toujours pas de gouvernement, des politiques convoqués chez le médiateur

18/08/2014 08:26 EDT | Actualisé 18/10/2014 05:12 EDT

Une dizaine de personnalités politiques centrafricaines étaient attendues lundi à Brazzaville, où elles devaient rencontrer le président congolais Denis Sassou Nguesso, médiateur dans la crise en Centrafrique, pour tenter de débloquer la formation d'un nouveau gouvernement.

Ces personnalités, dont des membres des groupes armés signataires du cessez-le-feu conclu fin juillet, ont été convoquées par le président Sassou Nguesso, a indiqué à l'AFP une source proche de la présidence centrafricaine. Elles doivent se rendre à Brazzaville dans la journée, a précisé cette source.

Les Centrafricains étaient lundi toujours dans l'attente de la formation d'un gouvernement de transition "élargi", une semaine après la nomination d'un nouveau Premier ministre, Mahamat Kamoun, censée relancer la transition en panne.

La présidente de transition, Catherine Samba Panza, s'est elle-même rendue au Congo-Brazzaville en fin de semaine, où elle a participé aux célébrations de la fête de l'indépendance.

Fin juillet, les protagonistes de la crise centrafricaine - milices chrétiennes anti-balaka et ex-rébellion Séléka à dominante musulmane - avaient signé dans la capitale congolaise, et sous forte pression internationale, un fragile accord de cessez-le-feu, plusieurs fois violé depuis lors.

La formation du gouvernement bute notamment sur la question de la représentation des groupes armés en son sein. L'ex-rébellion Séléka refuse pour le moment d'y participer.

Plusieurs formations politiques ont réagi négativement à l'annonce de la nomination de M. Kamoun, certains partis demandant une "suspension" des tractations pour former le nouveau gouvernement.

acp-hba/cl/tmo

PLUS:hp