NOUVELLES

«Prince du pot»: Marc Emery est de retour à Vancouver et relance son combat

17/08/2014 08:32 EDT | Actualisé 17/10/2014 05:12 EDT

VANCOUVER - Des centaines de personnes sont venues accueillir dimanche à Vancouver Marc Emery, autoproclamé le «prince de la marijuana», de retour dans la province après avoir purgé une peine de plus de quatre ans de prison aux États-Unis.

La célébration s'est déroulée à Victory Square, non loin du magasin Cannabis Culture qui porte son nom, dans le secteur Downtown Eastside.

De chaudes acclamations et des nuages de fumée de marijuana ont accueilli M. Emery à son arrivée au parc.

M. Emery n'a pas tardé à relancer son combat pour la légalisation de la marijuana. L'homme de 56 ans a tout de suite évoqué les élections fédérales de 2015, se rangeant derrière les libéraux de Justin Trudeau.

«Le 19 octobre est le jour de la légalisation, a dit M. Emery. Il faut simplement que nous soyons tous là. C'est l'élection la plus historique pour notre culture, car jamais auparavant la légalisation n'avait fait partie des enjeux. Nous avons 14 mois pour imposer une discussion soutenue sur les raisons de légaliser la marijuana au Canada.»

M. Emery soutient le Parti libéral depuis que M. Trudeau s'est prononcé en faveur de la légalisation de la marijuana. Sa femme, Jodie Emery, a d'ailleurs dit souhaiter se présenter pour le parti lors des élections prévues l'an prochain.

Melissa Zorn, jeune femme de 23 ans, a fait valoir que le mouvement n'avait pas comme seul but de légaliser la marijuana, mais aussi de promouvoir les droits individuels.

«Marc (Emery) se bat pour la marijuana mais aussi pour une cause en général, soit la liberté», a t-elle dit.

En 2010, M. Emery a été extradé à Seattle et a plaidé coupable à des accusations d'avoir vendu des semences de marijuana du Canada à des clients américains. Il a écopé de cinq ans de prison mais a été libéré plus tôt, pour bonne conduite. Il est revenu au Canada le 12 août, à Windsor en Ontario.

M. Emery a dit avoir été arrêté 28 fois pour ce qu'il a qualifié de désobéissance civile liée à la marijuana.

Il compte recommencer à travailler au magasin Cannabis Culture et continuer de militer, même si cela doit l'amener à être arrêté de nouveau.

Steven Blaney, ministre fédéral de la Sécurité publique et de la Protection civile, a critiqué le mouvement pro-marijuana dans la foulée du retour de M. Emery.

«Alors que les libéraux voudraient essayer de faciliter l'accès de nos jeunes à la marijuana, les Canadiens peuvent se fier à notre gouvernement pour mettre de l'avant des politiques qui gardent les drogues hors des rues et maintiennent nos familles en sécurité», a dit M. Blaney par communiqué.

M. Trudeau a déjà rétorqué à la ligne d'attaque conservatrice, en disant ne pas militer pour rendre la marijuana accessible aux jeunes, mais plutôt vouloir élargir les discussions sur comment rendre les lois actuelles plus efficaces. Selon le chef libéral, ces lois ne protègent pas les adolescents contre les dangers reliés à la marijuana.

PLUS:pc