NOUVELLES

Négociations nucléaires en Iran: pas question de parler de missiles, dit Rohani

17/08/2014 10:37 EDT | Actualisé 17/10/2014 05:12 EDT

TÉHÉRAN, Iran - Le président iranien Hassan Rohani a indiqué dimanche au chef de l'agence nucléaire onusienne que Téhéran ne discuterait pas de son programme de missiles à longue portée dans le cadre des négociations visant à mettre fin au conflit touchant son programme d'enrichissement atomique, ont rapporté des médias d'État.

Selon ce que rapporte l'agence IRNA, M. Rohani aurait ainsi confié à Yukiya Amano, le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) que la question des missiles iraniens «n'était pas négociable à quelque niveau que ce soit, ou en vertu de quelque prétexte que ce soit».

M. Rohani a toutefois ajouté que l'Iran était prêt à collaborer à l'enquête de l'AIEA à savoir si son programme nucléaire civil avait une composante militaire, «puisqu'il n'y a pas de place pour une arme de destruction massive dans la doctrine de défense iranienne».

L'Occident suspecte depuis longtemps l'Iran de chercher discrètement à développer des armes atomiques, mais Téhéran nie ces accusations, martelant que son programme est seulement à des fins civiles comme la production d'énergie et d'isotopes médicaux.

Le programme de missiles à longue portée inquiète Israël depuis belle lurette, l'État hébreu craignant que la République islamique n'y installe un jour des têtes nucléaires, et n'écarte pas l'idée d'une intervention militaire pour empêcher que cela ne se produise. L'Iran insiste sur le fait que ce programme est un dispositif de dissuasion essentiel contre Israël.

La visite de M. Amano survient alors que les grandes puissances continuent de négocier avec Téhéran dans l'espoir de parvenir à un accord permanent pour réduire les ambitions nucléaires iraniennes en échange de la levée de certaines sanctions économiques particulièrement sévères.

Le directeur de l'AIEA est arrivé à Téhéran tard samedi soir et a tenu des discussions avec des responsables iraniens, ont fait savoir des médias d'État.

Les États-Unis et leurs alliés insistent sur le fait que tout accord nucléaire global avec la République islamique doit comprendre la conclusion, par l'agence onusienne, que l'Iran a pleinement coopéré à son enquête.

PLUS:pc