NOUVELLES

La police disperse des manifestants avec des gaz lacrymogènes à Ferguson

17/08/2014 04:03 EDT | Actualisé 16/10/2014 05:12 EDT
Scott Olson via Getty Images
FERGUSON, MO - AUGUST 15: Missouri State Highway Patrol officers listen to taunts from demonstrators during a protest over the death of Michael Williams on August 15, 2014 in Ferguson, Missouri. As the taunts became more aggressive the troopers called in the county police then left the area. County police Shot pepper spray, smoke, gas and flash grenades at protestors before retreating. Several businesses were looted as the county police sat nearby with armored personnel carriers (APC). Violent outbreaks have taken place in Ferguson since the shooting death of Brown by a Ferguson police officer on August 9. (Photo by Scott Olson/Getty Images)

FERGUSON, États-Unis - Le secrétaire à la Justice des États-Unis, Eric Holder, a ordonné dimanche la présence d'un médecin légiste fédéral pour une nouvelle autopsie de l'adolescent noir tué par un policier blanc au Missouri, une affaire qui a mené depuis une semaine à des manifestations dont certaines sont devenues violentes, en banlieue de St. Louis.

En fin de soirée, dimanche, dans la ville de Ferguson, une manifestation pacifique a de nouveau pris une autre tournure, les policiers usant de chars et de gaz lacrymogènes pour faire retraiter plusieurs des marcheurs.

Les heurts ont commencé trois heures avant le couvre-feu de minuit imposé par le gouverneur Jay Nixon. Il s'agissait d'une deuxième nuit de couvre-feu.

La police en tenue antiémeute a ordonné à tous les manifestants de se disperser. Plusieurs des marcheurs ont retraité, mais un groupe d'environ 100 est resté sur place, avant d'être de nouveau atteint par les gaz lacrymogènes.

Les manifestants avaient disposé des blocs de béton près du magasin QuikTrip, qui avait été brûlé la semaine dernière. Il s'agissait vraisemblablement d'une tentative pour bloquer les véhicules de la police, mais les véhicules ont traversé les barrages sans problème. Des tirs étaient entendus quelques coins de rue plus loin.

La nuit de samedi à dimanche avait été marquée par sept arrestations, après que la police, en tenue antiémeute, eut utilisé des véhicules blindés pour disperser les protestataires récalcitrants.

Concernant la nouvelle autopsie, le porte-parole Brian Fallon, du département de la Justice, a invoqué une requête de la famille et les «circonstances extraordinaires» entourant le décès de Michael Brown, qui était âgé de 18 ans, pour expliquer sa décision.

M. Fallon a dit par communiqué que «cet examen indépendant serait effectué dès que possible, ajoutant que les responsables du département de la Justice «comptent aussi tenir compte, dans le cadre de leur enquête, de l'autopsie faite par l'état du Missouri».

Une autopsie priliminaire, dont les résultats ont été obtenus par le New York Times, a été réalisée par le Dr. Michael Baden. Ce dernier aurait conclu que le jeune noir a été touché par au moins 6 balles, dont l'une aurait atteint son crâne.

Le département de la Justice avait déjà élargi son enquête reliée aux droits civils. Samedi, des responsables ont dit que 40 agents du FBI faisaient du porte à porte pour brosser un portrait du quartier de Ferguson où Michael Brown, qui n'était pas armé, a été tué par balles au milieu de la rue, le 9 août.

David Weinstein, un ancien procureur fédéral qui supervisait la section criminelles des droits civils au bureau de Miami, a dit qu'une autopsie fédérale «s'attardant plus au point d'entrée des projectiles, aux blessures défensives et aux contusions» pourrait être bénéfique à l'enquête, ajoutant qu'il n'est pas si rare qu'on emprunte cette avenue.

Le capitaine Ron Johnson, des patrouilleurs du Missouri, a affirmé que l'intensification de la réaction policière, samedi, n'était pas attribuable aux manifestants, mais plutôt au fait qu'on ait rapporté une entrée par effraction dans un restaurant et la présence de gens sur le toit de celui-ci. Un homme aurait aussi été aperçu avec un pistolet dans la rue, alors que les blindés approchaient.

Les protestations durent depuis que la mort de Michael Brown a exacerbé les tensions raciales entre une communauté largement noire et une force policière largement blanche.

La police de Ferguson a attendu six jours avant de dévoiler l'identité du policier impliqué et des documents selon lesquels Michael Brown aurait commis un vol dans un dépanneur, avant de se faire tuer.

Le chef de la police, Thomas Jackson, a toutefois dit que l'agent ne savait pas que le jeune homme était un suspect, quand il l'a croisé dans la rue avec un ami.

Le gouverneur du Missouri Jay Nixon, qui a décrété le couvre-feu, a confié dimanche matin à ABC qu'il ne savait pas que la police allait rendre public la vidéo des caméras de surveillance du dépanneur où Michael Brown aurait volé une boîte de cigares de 49 $.

L'agent impliqué dans l'incident mortel est Darren Wilson, qui a six ans d'expérience dans la police, sans avoir eu de plainte portée contre lui. Il est en congé administratif payé depuis la mort du jeune homme, et le service de police a refusé de dire quoi que ce soit sur ses allées et venues.

Des journalistes de l'Associated Press ont tenté sans succès de le rejoindre aux adresses et aux numéros de téléphone inscrits à ce nom, dans la région de St. Louis.

INOLTRE SU HUFFPOST

Émeutes à Ferguson