NOUVELLES

Ignacio Piatti amorce le match mais c'est Marco Di Vaio qui joue les héros

16/08/2014 08:37 EDT | Actualisé 16/10/2014 05:12 EDT
PC

MONTRÉAL - Marco Di Vaio avait eu besoin d'une demi-saison en 2012 avant de trouver ses repères en MLS et d'atteindre le niveau qui lui a permis, l'année suivante, d'enfiler 20 buts. Il semble qu'Ignacio Piatti devra suivre un cheminement semblable avant que l'Impact puisse profiter pleinement du potentiel de son nouveau joueur désigné.

Même s'il a affiché de belles promesses, Piatti n'a eu aucun impact sur le déroulement du match, samedi, devant une foule annoncée de 17 132 personnes au stade Saputo. C'est plutôt Di Vaio, bien habitué au rythme de la MLS, qui a fait la différence. Le premier joueur désigné de l'histoire de l'Impact a inscrit le seul but du match à la 84e minute de jeu, et il a ainsi donné aux siens une victoire de 1-0 contre le Fire de Chicago.

Grâce à son cinquième but de la saison, Di Vaio a permis au onze montréalais de stopper à sept la pire série de défaites de son histoire.

«C'est formidable, parce que sa famille est ici en ce moment. Et à chaque fois que sa famille est ici, Marco est heureux, et voilà ce que ç'a donné», a dit l'entraîneur Frank Klopas de l'attaquant italien.

Inséré au sein du onze partant trois jours seulement après avoir atterri à Montréal, Piatti a joué jusqu'à la 54e minute. Évoluant comme milieu gauche, l'Argentin de 29 ans a bien paru quand il avait le ballon au pied et avait un peu d'espace pour effectuer une passe. Il a toutefois eu de la difficulté à résister physiquement aux duels.

C'est par le côté droit, notamment grâce à Justin Mapp ou parfois Dilly Duka, que les attaques montréalaises ont été les plus incisives, sans qu'on réussisse toutefois à contourner le mur défensif du Fire.

«On savait que ça allait prendre un peu de temps, a dit Klopas de la première sortie de Piatti. On pouvait voir qu'il n'avait pas retrouvé ses jambes après le long voyage qu'il a fait. C'est normal. Mais c'était important de le mettre sur le terrain le plus rapidement possible pour qu'il s'habitue à ses nouveaux coéquipiers.»

«Je connaissais déjà le style de la MLS, alors il n'y a pas eu de surprises, a commenté Piatti. Mais reste que je ne suis ici que depuis trois jours, donc c'est certain qu'il me faudra encore un peu de temps pour m'adapter.»

Selon Di Vaio, qui est passé par le même apprentissage que Piatti il y a deux ans, le milieu argentin devra simplement prendre le temps d'apprivoiser le niveau de robustesse et le rythme plus physique de la MLS.

«Il doit comprendre les mouvements, la chimie d'un match, autant du côté de son équipe que chez l'adversaire, a indiqué Di Vaio. Quand il y arrivera, il ressortira sur le terrain en raison de son niveau technique. Il a beaucoup de qualités, alors il va finir par faire quelque chose d'important pour l'équipe et les partisans. Ce sera un grand joueur.»

Di Vaio et Piatti ont bien essayé quelques combinaisons en début de match, mais ça n'a rien donné... pour l'instant. Reste que Piatti a bien aimé ce qu'il a vu de la part du vétéran italien.

«Il y a une chimie qui est là potentiellement, mais il reste encore beaucoup de travail pour développer cette chimie», a affirmé le milieu argentin, qui ne cache pas qu'il aimerait bien que Di Vaio prolonge sa carrière au-delà de la présente saison.

«On a déjà eu une petite conversation à ce sujet, a d'ailleurs révélé Piatti. Je lui ai demandé s'il était possible qu'il reste. Marco m'a dit que ce serait difficile à cause de sa famille. Mais je lui ai dit qu'on pourrait peut-être trouver une solution.»

Même si l'Impact continue de traîner au dernier rang dans l'Association Est, le duo Piatti-Di Vaio risque de faire des flammèches d'ici la fin de la campagne. Mais samedi, ironiquement, c'est après la sortie de Piatti, et lors des entrées successives d'Andres Romero et Maxim Tissot comme substituts, que s'est animé le match, jusque-là soporifique.

«Les substituts ont amené une étincelle, une énergie à l'équipe — une énergie qui a parfois manqué en première demie», a d'ailleurs souligné Klopas.

Le filet de Di Vaio est survenu après un échange entre Tissot et Eric Miller, qui a permis à ce dernier de se rendre jusqu'au filet adverse. Miller a perdu le ballon, mais le défenseur du Fire Razvan Cocis n'a pu dégager et le ballon a roulé vers Di Vaio, qui s'amenait dans l'axe.

Relativement peu occupé outre deux arrêts qu'il a dû effectuer — un vers la fin de chaque mi-temps —, le gardien de l'Impact Evan Bush a signé son premier jeu blanc en carrière dans le circuit Garber.

Le club montréalais ira disputer son match retour de la Ligue des Champions contre le CD FAS au Salvador, mercredi, puis renouera avec le calendrier de la MLS quand il rendra visite aux Red Bulls samedi prochain à New York.

INOLTRE SU HUFFPOST

Impact vs Sporting Kansas City 19 avril 2014