NOUVELLES

Syrie: les rebelles veulent des bombardements américains contre l'État islamique

16/08/2014 03:39 EDT | Actualisé 16/10/2014 05:12 EDT

BEYROUTH - L'opposition syrienne ayant l'appui de l'Occident a réclamé samedi des frappes aériennes contre les extrémistes de l'État islamique, alors que les djihadistes se sont emparés de trois villages du nord du pays, les plaçant à distance d'attaque d'une forteresse rebelle.

Les combattants de l'EI ont pris le contrôle de près d'une dizaine de villes et villages de la province d'Alep, cette semaine, écrasant toute résistance. Ces gains menacent les lignes d'approvisionnement de leurs rivaux vers la Turquie voisine et accentuent la pression sur les forces rebelles modérées dans la plus grande ville du pays, Alep, qui est aussi attaquée par les forces du président Bachar al-Assad.

Alors que les positions rebelles à Alep sont de plus en plus précaires, la Coalition nationale syrienne a pressé la communauté internationale de «soutenir rapidement l'Armée syrienne libre avec des armes et des munitions» pour qu'elle puisse «défendre son peuple».

«Nous demandons à la communauté internationale d'utiliser l'armée de l'air américaine, ou celles d'autres pays pour soutenir l'Armée syrienne libre», a déclaré la coalition par voie de communiqué, samedi.

Voilà longtemps que la coalition réclame un appui militaire plus robuste de la part de l'Occident dans son combat pour renverser al-Assad et, plus récemment, pour contrer la montée des extrémistes islamistes.

Mais l'appel lancé samedi par le groupe semble vouloir capitaliser sur la récente intervention aérienne américaine en Irak voisin, où des avions de guerre des États-Unis ont ciblé l'État islamique alors que ses militants progressaient au Kurdistan irakien, et menaçaient les chrétiens et d'autres minorités religieuses.

Le président américain Barack Obama refuse cependant depuis longtemps des demandes pour des gestes similaires en Syrie, craignant qu'ils ne puissent entraîner Washington dans une guerre civile de plus en plus sanglante et complexe.

De son côté, l'armée syrienne a bombardé deux localités récemment passées aux mains des extrémistes, a fait savoir l'Observatoire syrien des droits de l'homme. On ne savait rien d'éventuelles victimes.

PLUS:pc