NOUVELLES

Les joueuses de l'équipe de France U-20 se sentent à domicile à Montréal

16/08/2014 05:43 EDT | Actualisé 16/10/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - La France en sera à son troisième match à Montréal, dimanche soir, quand elle affrontera la Corée du Sud en quarts de finale de la Coupe du monde U-20 de soccer féminin.

Les Bleuettes commencent donc à se sentir de plus en plus à domicile au Stade olympique. Tout comme elles se sentent bien dans la métropole québécoise, où elles peuvent converser dans leur langue un peu partout où elles se déplacent.

«Effectivement, on se sent bien à Montréal, le stade nous plaît, l'ambiance aussi, a reconnu l'entraîneur Gilles Eyquem en point de presse, samedi. Les filles sont beaucoup plus à l'aise du fait que, justement, c'est un secteur francophone, donc elles évoluent plus facilement en ville. Je crois qu'elles apprécient, et nous aussi.»

«C'est plus facile de communiquer avec les autres et on a pu s'apercevoir que dans le stade, ici à Montréal, il y avait énormément de Français et de Québécois qui nous soutiennent», a renchéri le milieu de terrain Fanny Hoarau.

«On est bien ici, on veut y rester jusqu'au bout!», a par ailleurs lancé Eyquem, en faisant allusion au fait que les gagnantes du match entre la France et la Corée du Sud joueront encore au Stade olympique en demi-finale, mercredi.

Elles y affronteront les Allemandes, qui ont eu le dessus 2-0 sur les Canadiennes lors des quarts de finale, samedi soir, à Edmonton.

Les finales pour les première et troisième places seront toutes deux disputées à Montréal, dimanche le 24 août.

Si elles poursuivent leur parcours, les Françaises auront donc d'autres occasions de tenir des entraînements publics dans la région de Montréal, comme ç'a été le cas ces derniers jours. L'équipe française prévoyait s'entraîner au parc Illinois à Brossard, samedi soir, comme elle l'a fait avant ses deux premiers matchs de la phase de groupe disputés à Montréal.

Et en marge de ces séances, c'est avec plaisir que les jeunes Bleuettes participent à des séances d'autographes et de photos. C'est là une habitude, d'ailleurs, auquelle Eyquem dit tenir beaucoup.

«C'est l'image qu'on souhaite véhiculer, d'un football ouvert avec des filles qui sont tout à fait abordables, qui ont le sourire et qui prônent un petit peu ce football féminin en France, a dit l'entraîneur. On est toujours prêts à accueillir et échanger avec, soit des jeunes filles, soit les supporteurs qui viennent.»

La France a de grandes attentes à ce tournoi U-20, alors que les joueuses de l'équipe des moins de 20 ans actuelle ont remporté la Coupe du monde U-17 en 2012 et l'Euro U-19 l'an dernier. Eyquem s'attend toutefois à voir les siennes subir un test important, dimanche, face aux Sud-Coréennes.

«Il faudra vraiment voir une belle équipe de France pour gagner, a-t-il dit. Je suis persuadé qu'on a les moyens pour passer, mais il faudra faire ce qu'il faut sur le terrain.

«La Corée, c'est une équipe qui sera difficile à manoeuvrer, qui est capable de développer aussi du beau jeu, a ajouté Eyquem. C'est une équipe très disciplinée, très cohérente dans un système pas courant chez les jeunes filles parce qu'elles jouent en 4-4-2. Ce qui leur manque peut-être encore, c'est un peu de physique. Chaque fois qu'elles ont été bousculées, elles ont été en difficultés. On doit s'attacher et ne pas les regarder jouer.»

L'autre match des quarts de finale prévu dimanche opposera le Nigeria à la Nouvelle-Zélande à Moncton.

PLUS:pc