DIVERTISSEMENT

ÎleSoniq: Tiësto en met plein la vue pour cette première édition

16/08/2014 08:39 EDT | Actualisé 18/08/2014 10:29 EDT
Chelsea Lauren via Getty Images
LOS ANGELES, CA - MAY 10: DJ Tiesto performs at 102.7 KIIS FM's Wango Tango at StubHub Center on May 10, 2014 in Los Angeles, California. (Photo by Chelsea Lauren/WireImage)

La super puissance de la musique EDM était à Montréal vendredi soir pour le lancement de la première édition du festival îleSoniq au parc Jean-Drapeau. En grande tournée mondiale à la suite du lancement de son cinquième album en carrière, Tiësto effectuait un arrêt tout spécial dans la métropole après plus de trois ans d’absence.

Et pour un retour, c’était tout un retour! Le DJ néerlandais est débarqué chez nous avec son artillerie lourde. Effets visuels, jeux de lumière et feux d’artifice se sont multipliés pour en mettre plein la vue, et bien sûr plein les oreilles, aux quelque 17 000 amateurs de musique présents sur le site. La firme montréalaise Moment Factory avait d’ailleurs ajouté sa petite touche au spectacle par la réalisation de visuels adaptés aux pièces de l’artiste.

Tiësto, de son vrai nom Tijs Verwest, est apparu sur la scène Oasis à 21h20 tapant, devant une foule en délire. «Êtes-vous prêts pour le party ?», a-t-il lancé. Pas la peine de poser la question, les spectateurs étaient déjà déchaînés en entendant les premières notes de son set musical.

Le DJ qui a l’habitude de présenter un enchaînement de grands hits n’a pas fait faux bond à son habitude. Les fans ont pu entonner les paroles de We own the night (Feat. Wolfgang Gartner) dès le début de la soirée. Le ton était donné, d’autant plus que l’on pouvait déjà apercevoir quelques feux d’artifice dans le ciel.

De Las Vegas à Montréal

Les spectateurs ont également eu la chance d’entendre des pièces figurant sur A Town Called Paradise, nouvel album du DJ dédié à la ville de Las Vegas. Last Train, Take Me et Written in Reverse ont été extrêmement bien accueillies, tout comme Red Lights durant laquelle, encore une fois, le public pouvait admirer des éclats de lumières rouges dans le ciel.

Sans s’arrêter un seul instant du début à la fin de sa performance, Tiësto a envoyé à ses fans des tonnes de bombes musicales telles All of Me (John Legend), A Sky Full of Stars (Coldplay), Fade Into Darkness (Avicii) et I Love It (Icona Pop). Impossible de passer à côté, le roi de l’EDM a aussi fait un clin d’œil au duo canadien Tegan & Sara, avec qui il a collaboré à quelques reprises au cours des dernières années. Le public a donc pu se délecter de Back in Your Head ainsi que de Feel It In My Bones à la sauce Tiestö. Puis, quelques secondes plus tard, ce dernier poursuivait avec sa version de Heads Will Roll (Yeah Yeah Yeahs), titre qui a connu un énorme succès grâce à la version du montréalais A-Trak.

Alors que la pluie fine et le froid semblaient vouloir gâcher la fête, les festivaliers ne se sont pas découragés. Inversement, alors que Tiësto terminait son spectacle, les fans continuaient à s’agiter, prêts à poursuivre le party malgré la mauvaise température. Tiësto était de loin le remède à cette journée grise!

Iggy Azalea, Adventure Club et plus

La rappeuse australienne Iggy Azalea a le vent dans les voiles! La chanteuse a donné une touche hip-hop à la journée, proposant notamment son succès Fancy qui trône au sommet des palmarès. Élément clé de son sa prestation; les quatre danseuses à ses côtés ont vraiment tout donné. Avec des chorégraphies à la fois sportives et sexy, les jeunes femmes s’accordaient très bien aux mouvements de l’enjôleuse blondasse en avant-scène.

Il aurait été difficile d’imaginer une première édition d’îleSoniq sans la présence du duo montréalais Adventure Club. Les deux DJs semblaient gonflés à bloc pour leur performance qui s’est avérée des plus chargées. Malgré quelques soucis techniques en début de parcours (le son a coupé vers la 15e minute du set), le duo n’a pas perdu son momentum. Avec les jeux d’éclairages qui s’élevaient au-dessus de la foule, on pouvait se croire sur un gigantesque dancefloor d’un bar branché.

Vers 19h, alors que les deux gars de Bixel Boys offraient quelques bons remix de chansons des années 80 (Madonna, Michael Jackson), 3LAU s’élançait quelques mètres plus loin sur des airs des Red Hot Chili Peppers. Moins d’une heure plus tard, l’auditoire se compactait devant les Chainsmokers pour entendre l’exubérante #Selfie. Let me take a selfie!

Alerte au champignon géant!

Le moins que l’on puisse, c’est que les festivaliers en auront pour leur argent ce week-end, qu’en voyant la scène principale aménagée pour les DJs. La scène Oasis a la taille des deux montages principaux du festival de musique et arts Osheaga regroupées en une.

Dans la même lignée des grands événements internationaux tels Tomorrowland, îleSoniq propose une structure unique et originale expressément pour le week-end. De grosses fleurs ornent l’assemblage métallique et un gigantesque champignon décore le côté droit de la scène. Splendide! La thématique flower power fait d’ailleurs penser au Daisy Electric Carnival.

Mission accomplie

Avec une foule complètement hétéroclite, l’organisation de l’événement urbain pourra se féliciter d’avoir rejoint différents publics dès sa première édition. La barbe hipster rencontrait les leggings roses. La chemise à carreaux se mélangeait aux costumes de licornes. On aura même vu quelques vestons-cravates côtoyer des hommes en bedaine (alors qu’il ne faisait que 15 degrés). Vraiment, on aura tout vu! Cela confirme que le festival ne tend pas à évoluer dans une simple niche musicale, mais bien à ratisser large pour rejoindre un maximum de danseurs.

ÎleSoniq se poursuit ce samedi avec la présence de Laidback Luke, Zeds Dead, Kill the Noise et Tyga, pour ne nommer que ceux-là.

île Soniq jour 2

Festival île Soniq - Jour 1