NOUVELLES

Au moins 80 villageois massacrés dans le nord de l'Irak

16/08/2014 09:40 EDT | Actualisé 16/10/2014 05:12 EDT
Getty Images

Les djihadistes de l'État islamique auraient tué au moins 80 personnes, en majorité des membres de la minorité yézidie, dans un village du nord de l'Irak.

« Il ont commis un massacre contre les habitants » du village de Kocho, a déclaré à l'AFP un haut responsable irakien. « Un convoi d'hommes armés est entré » à Kocho vendredi après-midi et « ils s'en sont pris aux habitants, en majorité des yézidis qui n'avaient pas fui leurs maisons », a-t-il poursuivi.

Les assaillants ont enlevé des femmes et les ont conduites dans des centres de détention, selon un haut responsable de l'Union patriotique du Kurdistan dans la province kurde de Dohuk, voisine de celle de Ninive, où est situé le village de Kocho.

Les djihadistes poursuivent leur offensive qui leur a permis de s'emparer de près du tiers du territoire irakien en quelques semaines. Dans la région autonome relativement calme du Kurdistan, ils ont chassé des dizaines de milliers de chrétiens et de yézidis depuis le début du mois d'août.

L'avancée des djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL)

Les forces américaines, elles, mènent des frappes aériennes contre les combattants de l'État islamique depuis le 8 août. Elles fournissent aussi des armes aux combattants kurdes.

Les forces kurdes, soutenues par l'aviation américaine, ont d'ailleurs lancé samedi une offensive pour reprendre le barrage de Mossoul, le plus important d'Irak. L'État islamique s'est emparé de ce barrage le 7 août.

De son côté, le Canada se contente pour l'instant de fournir du matériel non létal aux forces kurdes.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a par ailleurs adopté vendredi une résolution qui réclame le désarmement et la dissolution immédiats de l'État islamique, du Front al-Nosra - branche syrienne d'Al-Qaïda - et des autres formations liées à Al-Qaïda.

Le texte est placé sous le chapitre VII de la Charte des Nations unies, ce qui permet de recourir à des sanctions, voire à la force, pour le faire appliquer. La résolution n'autorise toutefois pas d'opération militaire pour l'instant.

INOLTRE SU HUFFPOST

Exode et violences à Mossoul