NOUVELLES

L'Europe semble vouloir jouer un rôle plus actif en Irak

15/08/2014 11:23 EDT | Actualisé 15/10/2014 05:12 EDT

BRUXELLES - L'Europe semble déterminée à jouer un rôle plus actif en Irak.

Les 28 ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont profité d'une réunion d'urgence, vendredi à Bruxelles, pour annoncer l'envoi de dizaines de tonnes d'aide humanitaire.

Plusieurs ont aussi évoqué la possibilité de fournir directement des armes ont combattants kurdes qui luttent sur le terrain contre les militants d'État islamique.

Les ministres européens se sont engagés à redoubler d'efforts pour secourir ceux chassés par les gains d'État islamique. Plusieurs pays ont annoncé l'envoi de tonnes d'aide humanitaire vers le nord de l'Irak au cours des prochains jours.

«Nous devons tout d'abord nous attaquer aux besoins humanitaires, avant de nous assurer qu'État islamique ne sera pas en mesure de déloger les Kurdes ou d'accroître son emprise sur l'Irak», a dit le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Frans Timmermans.

Paris s'est engagée, plus tôt cette semaine, à fournir des armes aux Kurdes, pendant que Londres leur envoie des munitions et du matériel militaire fourni par des pays d'Europe de l'Est. Le Royaume-Uni, l'Allemagne, les Pays-Bas et d'autres étudient aussi la pertinence d'armer directement les Kurdes.

«Il s'agit de crises (...) qui menacent notre voisinage européen, notre sécurité et notre stabilité», a dit la ministre italienne Federica Mogherini.

Le ministre allemand Frank-Walter Steinmeier a annoncé qu'il se rendra en Irak en fin de semaine pour rencontrer les leaders kurdes et le gouvernement de Bagdad afin de discuter de l'aide nécessaire.

Le Kurdistan a accueilli des dizaines de milliers de réfugiés depuis quelques semaines, et la région aura besoin d'une aide aussi bien à court qu'à long terme, a-t-il prévenu.

La France, le Royaume-Uni, l'Italie et l'Allemagne ont déjà envoyé des dizaines de tonnes d'aide humanitaire vers l'Irak, notamment de la nourriture, de l'eau potable et des fournitures médicales.

«Très rapidement, (la situation) va étirer au maximum et probablement excéder les capacités de l'infrastructure d'Irbil et de la région», a dit le ministre Steinmeier.

Dans un communiqué conjoint, les ministres européens ont aussi endossé la décision de certains membres de «répondre positivement à l'appel des autorités kurdes régionales de fournir de manière urgente du matériel militaire», en autant que cela soit coordonné avec le gouvernement irakien.

Certains craignent toutefois que les Kurdes n'utilisent éventuellement ces armes dans le cadre de leurs revendications d'indépendance, face aux forces irakiennes.

PLUS:pc