NOUVELLES

Japon: il serait prématuré de juger la déflation vaincue (ministre)

15/08/2014 04:40 EDT | Actualisé 14/10/2014 05:12 EDT

Le ministre japonais de la Revitalisation économique a jugé vendredi qu'il n'était pas encore temps de proclamer la fin du phénomène de déflation qui sévit au Japon depuis une quinzaine d'années, même si les prix ont recommencé à augmenter depuis plusieurs mois.

"A ce stade, il serait prématuré de déclaré être débarrassé de la déflation", a dit Akira Amari, selon des propos rapportés par les médias locaux.

Et le même d'expliquer que pour claironner la fin de cette calamité économique qu'est la baisse continue des prix, il ne suffit pas qu'ils montent, il faut aussi que l'on soit à peu près sûr que "l'économie est assez forte pour ne pas retomber dans la situation antérieure déflationniste" au moindre incident.

De fait, il juge que tel n'est pas encore le cas: "comment allons nous surmonter la hausse de la taxe sur la consommation, etc...? Il y a encore plusieurs éléments d'incertitude", a-t-il souligné.

L'augmentation de cet impôt indirect passé à 8% contre 5% a donné un coup de frein à l'activité économique et ses répercussions négatives ne sont pas encore terminées.

Ce trou d'air était prévisible et n'a pas changé l'orientation du gouvernement de droite de Shinzo Abe qui conduit depuis fin 2012 une politique inflationniste appelée "Abenomics" dans le but d'atteindre une hausse des prix de 2% d'un an sur l'autre.

Pour le moment, le taux d'inflation tourne autour de 1 à 1,3% (hors effet de l'augmentation de la "TVA japonaise" le 1er avril), et aurait plutôt tendance à marquer le pas.

Le gouvernement et la Banque du Japon (BoJ) ont pour but d'entretenir une inflation intrinsèque solide basée sur une demande et une offre dynamiques, via les effets supposés entraînants de largesses budgétaires, d'un assouplissement monétaire quantitatif et qualitatif et de réformes structurelles.

kap/ml

PLUS:hp