NOUVELLES

Irak: six nouveaux jihadistes sanctionnés par l'ONU

15/08/2014 03:50 EDT | Actualisé 15/10/2014 05:12 EDT

Le Conseil de sécurité a ajouté vendredi les six noms suivants à la liste des extrémistes sanctionnés pour leurs liens avec Al-Qaïda et opérant en Syrie et en Irak:

1. Abdelrahman Mouhamad Zafir al Dabidi al Jahani - émissaire d'Al-Qaïda en Syrie.

Un des criminels les plus recherchés d'Arabie saoudite. S'est rendu en Syrie en 2013 pour offrir le soutien officiel d'Al-Qaïda aux jihadistes locaux. Selon des responsables américains, il fait partie d'un groupe qui s'efforce de réconcilier les extrémistes d'al-Nosra et de l'Etat islamique. Il est accusé par l'ONU d'avoir "contribué au financement et à la préparation d'actes" perpétrés par le Front al-Nosra et de "recruter pour le compte" de ce groupe.

2. Hajjaj Bin Fahd Al Ajmi - bailleur de fonds d'Al-Nosra

De nationalité koweitiennne, déjà sous le coup de sanctions de la part des Etats-Unis. Considéré comme l'organisateur du soutien financier à Al-Nosra en Syrie, soupçonné de passer régulièrement du Koweit en Syrie pour transporter des fonds, et de recruter des Koweitiens pour occuper des postes dirigeants dans la hiérarchie du Front.

3- Abou Mohamed al Adnani - porte-parole de l'Etat islamique

De son vrai nom Taha Sobhi Falaha, né en 1977 à Banash près d'Alep (nord de la Syrie). C'est lui qui a annoncé le 30 juin au nom de l'Etat islamique le rétablissement du califat, un régime politique islamique disparu il y a près d'un siècle, sur les territoires contrôlés par l'EI en Syrie et en Irak. Il a également appelé les partisans de l'EI à prendre Bagdad, dans des vidéos difusées sur internet.

4- Said Arif - chargé du recrutement d'étrangers pour combattre en Syrie

Né en Algérie, considéré comme un des principaux responsables du recrutement de combattants étrangers, dont de nombreux Français, pour lutter contre les forces gouvernementales en Syrie. Arrêté à Damas en 2003 et extradé vers la France pour y être jugé, il a été condamné en 2007 pour faits de terrorisme mais a réussi à s'échapper en octobre 2012 alors qu'il était en résidence surveillée dans le sud de la France. Il est placé sur la liste des sanctions onusiennes pour ses liens avec le Front al-Nosra.

5. Abdul Mohsen Abdallah Ibrahim al Charekh - chef d'Al-Qaïda en Syrie

De nationalité saoudienne, plus connu sous le nom de Sanafi al Nasr, il est soupçonné de diriger les opérations d'Al-Qaïda en Syrie et d'entretenir des liens étroits avec le Pakistan. Sanctionné pour ses relations avec Al-Nosra.

6. Hamid Hamad Hamid al-Ali

Placé sur la liste de l'ONU pour ses relations avec Al-Qaïda et les groupes qui lui sont affiliés. Accusé d'avoir "financé, planifié, facilité ou commis des actes en relation avec ou au nom de" Al-Nosra et de l'Etat islamique.

cml/avz/vog

PLUS:hp