NOUVELLES

Intenses combats signalés autour de Bentiu, au Soudan du Sud (sources concordantes)

15/08/2014 03:20 EDT | Actualisé 14/10/2014 05:12 EDT

D'intenses combats ont éclaté vendredi autour de Bentiu, dans le nord du Soudan du Sud, malgré les menaces de sanctions brandies par l'ONU en cas de poursuite de ce conflit entré dans son 9e mois, ont rapporté des rebelles, des travailleurs humanitaires et un diplomate.

Lul Ruai Koang, un porte-parole militaire des rebelles dirigés par l'ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar, a fait état de combats au sud et à l'est de Bentiu, capitale de l'Etat pétrolier d'Unité, ainsi que dans la localité d'Ayod, dans l'Etat oriental du Jonglei.

Ces combats marquent le début "d'une offensive gouvernementale attendue depuis longtemps", a-t-il affirmé.

L'ambassadeur britannique à Juba, Ian Hughes, a confirmé des affrontements autour de Bentiu, qualifiant cette situation de "décevante", deux jours après une visite des représentants des 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU au Soudan du Sud.

Ces derniers se sont entretenus avec les chefs des deux camps, le président sud-soudanais Salva Kiir et M. Machar, leur rappelant fermement les risques de sanctions pesant sur eux.

"La situation est déjà suffisamment désespérée", a estimé M. Hughes, "les chefs doivent contrôler leurs troupes".

Des sources humanitaires ont confirmé des combats autour de Bentiu. L'armée sud-soudanaise n'a pu être jointe dans l'immédiat et aucune source n'a pu être contactée à Ayod.

Des milliers, voire des dizaines de milliers de personnes ont été tuées et plus de 1,5 million chassées de chez elles depuis le début du conflit. Celui-ci a éclaté le 15 décembre 2013 au sein de l'armée sud-soudanaise, minée par des antagonismes politico-ethniques exacerbés par l'âpre rivalité entre Salva Kiir et Riek Machar à la tête du régime.

Des milices tribales se sont jointes aux combats, accompagnés de massacres et d'atrocités sur des bases ethniques, qui ont poussé la plus jeune nation du monde, indépendante depuis juillet 2011 après des décennies de guerre contre Khartoum, au bord de la famine.

str-pjm/ayv/jlb

PLUS:hp