NOUVELLES

Indonésie: les subventions à l'énergie vont encore coûter cher à l'Etat en 2015

15/08/2014 08:44 EDT | Actualisé 15/10/2014 05:12 EDT

Les subventions publiques à l'énergie vont rester élevées en 2015 en Indonésie, a indiqué vendredi le président sortant, Susilo Bambang Yudhoyono, laissant à son successeur le soin de réduire ces montants avantageux pour la population mais coûteux pour l'Etat.

Ainsi, les subventions publiques pour l'essence et l'électricité devraient représenter 363.500 milliards de roupies (23,2 milliards d'euros), en légère hausse par rapport à cette année, selon le projet de budget 2015 présenté par M. Yudhoyono, qui cèdera la place le 20 octobre à Joko Widodo, surnommé Jokowi.

Ce montant représente environ 18% du budget de la première économie d'Asie du Sud-est, en premier lieu les subventions à l'essence, dont le prix à la pompe est l'un des plus faibles de la région.

Les subventions à l'énergie sont un sujet historiquement sensible en Indonésie, où les augmentations du prix de l'essence pour réduire ces aides ont provoqué par le passé d'importantes manifestations, ainsi que des divisions au sein des partenaires de coalitions gouvernementales.

Mais les économistes répètent que la réduction de ces subventions est vitale, car elles représentent d'importants sommes qui pourraient être utilisés pour d'autres projets, en particulier l'amélioration des infrastructures et le développement des voies de communication dans l'archipel de 17.000 îles et ilôts.

Ces aides ont également été critiquées pour leur non efficacité, dans la mesure où les riches et les pauvres bénéficient de la même réduction, dans un pays où près de 40% des habitants vivent avec moins de deux dollars par jour.

Au pouvoir depuis 2004, M. Yudhoyono a procédé à des réductions minimes de ces subventions, ce qui lui a valu des critiques lui reprochant de ne pas être allé assez loin.

Vendredi, il a appelé le prochain gouvernement à diminuer ces aides: "il est nécessaire que le gouvernement et le pouvoir législatif comprennent qu'il faut aller de l'avant", a souligné M. Yudhoyono.

La dernière réduction de subventions approuvée par le Parlement, qui remonte à 2013, avait provoqué d'importantes manifestations à travers le pays.

Le projet de budget présenté par M. Yudhoyono doit encore être approuvé par le Parlement, qui pourrait modifier l'orientation actuelle.

str-ad/sr/bfi/mr

PLUS:hp