NOUVELLES

Arabie: Amnesty demande la libération d'un prédicateur chiite condamné à 8 ans de prison

15/08/2014 06:14 EDT | Actualisé 15/10/2014 05:12 EDT

Amnesty International a demandé la libération d'un prédicateur chiite saoudien, jugeant "scandaleuse" sa récente condamnation à huit ans de prison pour avoir critiqué les dirigeants du royaume, dans un communiqué parvenu vendredi à l'AFP.

Cheikh Taoufik al-Amer, qui officiait dans la région d'Al-Ahsa (est), a été condamné mercredi à huit ans de prison et 10 ans d'interdiction de quitter le territoire et de livrer des sermons religieux.

Il a été reconnu coupable par un tribunal pénal de Ryad de diffamation des dirigeants saoudiens, désobéissance, critique du régime et incitation à la sédition confessionnelle dans ses prêches, selon l'organisation de défense des droits de l'Homme.

"Cheikh Taoufik al-Amer est le dernier dignitaire chiite (en date) à payer le prix fort pour avoir refusé de se taire", a déclaré Saïd Boumedouha, directeur adjoint d'Amnesty pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

"Oser critiquer pacifiquement les dirigeants d'Arabie saoudite n'est pas une raison pour se retrouver derrière les barreaux", a-t-il ajouté, soulignant que cheikh al-Amer "doit être libéré immédiatement".

Plusieurs militants chiites, partisans de réformes politiques, ont déjà été condamnés à de sévères peines de prison pour avoir participé à des manifestations ayant éclaté en 2011 dans la foulée du Printemps arabe.

Ces manifestations, qui avaient secoué l'Est du royaume, où se concentre la majorité des quelque deux millions de chiites saoudiens qui se plaignent de discrimination de la part du pouvoir sunnite, avaient pris une tournure violente en 2012 et les heurts entre la police et les manifestants avaient fait 24 morts, dont au moins quatre policiers, selon des militants saoudiens.

La tension était retombée en août 2102 lorsque sept principaux dignitaires chiites de la province orientale de Qatif avaient annoncé accueillir favorablement l'appel du roi Abdallah à la création d'un centre de dialogue interconfessionnel entre sunnites et chiites.

bur/tm/emb

PLUS:hp