NOUVELLES

Ukraine : d'intenses combats ont lieu à Donetsk et à Louhansk

14/08/2014 11:20 EDT | Actualisé 14/10/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
A Ukrainian government soldier from battalion "Donbass" looks through a telescopic sight while guarding the positions in village Mariinka near Donetsk, eastern Ukraine, Monday, Aug. 11, 2014. The Red Cross will lead an international humanitarian aid operation into Ukraine’s conflict-stricken province of Luhansk with assistance from Russia, the European Union and the United States, Ukraine said Monday.(AP Photo/Evgeniy Maloletka)

D'intenses combats se déroulent jeudi à Donetsk et à Louhansk, les deux villes de l'est de l'Ukraine contrôlées par des séparatistes prorusses, faisant des dizaines de morts. Pendant ce temps, un convoi russe qui se dirige vers la frontière ukrainienne sème l'inquiétude.

À Donetsk, des pièces d'artillerie sont tombées au cœur de la ville pour une première fois depuis le début du conflit, tuant au moins deux personnes. Des explosions sont entendues à intervalle régulier.

Plusieurs bâtiments ont été touchés, dont le siège du parquet et celui de la police, occupés tous deux par les insurgés, ainsi qu'une université. Le quartier est quadrillé par des rebelles armés, rapporte une journaliste de l'Agence France Presse.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, des bombardements avaient déjà fait un mort et 11 blessés dans la ville, qui comptait 1 million de résidents en temps de paix. Beaucoup d'entre eux ont fui depuis.

Le département de santé de l'administration régionale affirme que 74 civils ont été tués et 116 autres blessés depuis trois jours dans les combats qui opposent l'armée ukrainienne aux rebelles prorusses dans la région de Donetsk.

Depuis le début du conflit, le département recense 839 morts et 1623 blessés dans la région.

L'armée ukrainienne a par ailleurs entrepris une offensive jeudi dans l'est de Louhansk. Elle rapporte avoir perdu neuf soldats en 24 heures après que des tirs eurent touchés son aérodrome.

Dans la ville, 22 civils ont été tués après que des obus ont touché un bus, un magasin et plusieurs immeubles d'habitation.

Le chef des séparatistes prorusses de la région de Louhansk, Valery Bolotov, a quant à lui affirmé à la chaîne de télévision publique russe Rossiya-24 qu'il démissionnait « provisoirement » en raisons de « blessures ».

Il s'agit de la deuxième démission en une semaine. Le 7 août, Alexandre Borodaï, avait démissionné de son poste de premier ministre de la République populaire autoproclamée de Donetsk.

Le mystérieux convoi russe en route vers l'Ukraine

Pendant ce temps, le convoi russe qui contiendrait 2000 tonnes d'aide humanitaire, selon Moscou, se rapproche de l'Ukraine. Selon l'Associated Press, il a tourné vers l'est près de la ville de Kamensk-Shakhtinsky et se dirige vers le poste-frontière d'Izvaryne, qui est sous contrôle des rebelles prorusses.

L'agence de presse note que les rebelles prorusses ne contrôlent pas nécessairement tout le territoire par lequel passe la route qui mène d'Izvaryne à Louhansk.

Kiev exige pourtant depuis le début de la semaine que le convoi se rende à un poste-frontière contrôlé par le gouvernement ukrainien, celui de Kharkiv, par exemple, et que son contenu soit remis au Comité international de la Croix-Rouge, qui serait chargé de l'acheminer vers Louhansk, où la situation humanitaire est catastrophique.

La présidence ukrainienne a prévenu qu'elle n'accepterait pas que le convoi soit accompagné sur son territoire par le ministère russe des Situations d'urgence ni par des militaires russes, et que toute incursion non autorisée sera considérée comme une attaque.

Une responsable du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Anastasia Isyuk, a indiqué qu'elle n'était pas en mesure de confirmer où se dirige le convoi. « Les plans changent continuellement et les discussions se poursuivent », a-t-elle dit.

Laurent Corbaz, du CICR, a annoncé jeudi qu'il se rendrait à Kiev et à Moscou pour discuter de la distribution de l'aide russe. Il insiste sur le fait que la distribution d'aide ne doit pas être politisée.

L'Ukraine et ses alliés occidentaux craignent que ce convoi ne serve de couverture à une éventuelle intervention russe dans le pays et qu'il approvisionne en armes les séparatistes. Moscou juge ces allégations « absurdes ».

Jeudi, les autorités ukrainiennes ont annoncé avoir envoyé leur propre convoi humanitaire vers les régions de Donetsk et de Louhansk. Il sera composé de 15 camions et transportera 240 tonnes de produits. Le CICR prendra en charge le convoi lorsqu'il arrivera à Starobilsk, à 97 km de Louhansk.

Par ailleurs, le compte Twitter du premier ministre russe, Dimitri Medvedev, a été piraté pour annoncer sa démission. Dans les huit messages publiés, les pirates en ont profité pour critiquer le président russe Vladimir Poutine et l'annexion de la Crimée à la Russie. « La Crimée n'est pas à nous », lit-on dans un des tweets.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?

INOLTRE SU HUFFPOST

Chronologie de la crise en Ukraine