NOUVELLES

Turquie: des centaines de réfugiés syriens déplacés, tensions avec les habitants

14/08/2014 11:48 EDT | Actualisé 14/10/2014 05:12 EDT

Les autorités turques déplaçaient jeudi des centaines de réfugiés syriens de la ville de Gaziantep (sud est) vers des camps, après trois nuits de violences attisées par des habitants turcs excédés par la présence des réfugiés, ont rapporté les medias.

Les tensions entre les habitants turcs et les réfugiés syriens à Gaziantep ont explosé au cours des derniers jours depuis le meurtre d'un propriétaire terrien turc qui aurait été poignardé à mort par son locataire syrien.

Une cinquantaine d'habitants turcs de Gaziantep ont été arrêtés. La police anti-émeute a dû faire usage de gaz lacrymogènes pour mettre fin aux violences qui ont commencé lundi, a indiqué la télévision NTV.

Une dizaine de réfugiés syriens ont été blessés dans les affrontements. Quatre réfugiés syriens ont été arrêtés sous le soupçon d'implication dans le meurtre du propriétaire terrien turc.

Les autorités déplaçaient jeudi 2.000 Syriens de 400 familles à bord d'autobus pour les installer dans des camps de réfugiés dans les environs, ont indiqué les journaux Milliyet et Radikal sur leurs sites internet.

Le gouverneur de Gaziantep Erdal Ata a confirmé que 400 familles syriennes étaient en route pour des camps, mais il n'a pas établi de lien direct entre ces transferts et les violences des trois dernières nuits.

"Nous avons découvert 400 familles syriennes vivant dans de mauvaises conditions, dans des immeubles abandonnés. Nous prenons le contrôle de ces habitations et envoyons à partir d'aujourd'hui" les Syriens qui y habitaient dans des camps de réfugiés, a-t-il dit.

Ils ont été transportés vers les camps de réfugiés de Sanliurfa et Mardin, situés à proximité, a indiqué l'agence Dogan.

La maire de Gaziantep, Fatma Sahin, a appelé les habitants à faire preuve de tolérance, soulignant qu'un nouveau camp de réfugiés avait été édifié et qu'il était injuste d'attribuer tous les crimes aux Syriens.

"Il y a des gens qui tentent de provoquer les différentes communautés", a-t-elle regretté dans des déclarations à la télévision.

La Turquie abrite actuellement 1,2 million de réfugiés syriens qui ont fui la guerre civile dans leur pays.

Beaucoup sont hébergés dans des camps près de la frontière, mais d'autres se sont installés dans de grandes villes dont Istanbul et leur présence est devenue une source de tensions.

Quelque 200 ouvriers turcs ont manifesté à Izmir pour protester contre la concurrence représentée par les travailleurs syriens sous-payés.

bur-fo-sjw/mr

PLUS:hp