NOUVELLES

Piatti s'amène avec confiance, au grand soulagement de Klopas et de l'Impact

14/08/2014 02:02 EDT | Actualisé 14/10/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le nouveau joueur désigné de l'Impact de Montréal, Ignacio Piatti, a été officiellement présenté aux médias, jeudi, au Stade Saputo. Si l'Argentin de 29 ans s'amène avec beaucoup de confiance, son arrivée a aussi fait pousser un soupir de soulagement à l'entraîneur-chef Frank Klopas et à l'Impact.

«Je suis content, a d'abord dit en français Klopas. C'est certain que pour moi et tout le personnel d'entraîneurs, nous sommes très heureux que ce jour soit finalement arrivé, a-t-il poursuivi en anglais. Plusieurs personnes ont travaillé très fort afin que ça puisse se produire. Nous sommes très excités qu'il soit avec nous.

«À chaque fois que vous pouvez ajouter un joueur de ce calibre à votre formation, ça soulève tout le monde au sein de l'équipe. On a même pu sentir ça (jeudi) à l'entraînement. Pas seulement en raison de son talent, mais aussi parce qu'il vient de l'extérieur: à l'interne, on est tous un peu dans un moins bon état d'esprit en raison de nos déboires. Son équipe vient juste de remporter le championnat, alors ça transpire sur tout le monde. Ça change l'attitude, la mentalité au sein du groupe.»

On peut comprendre l'entraîneur du onze montréalais, qui vient de perdre ses sept derniers matchs pour porter sa fiche à 3-14-5, la pire de toute la Major League Soccer.

Quoiqu'il en soit, les déboires de l'équipe n'effraient pas Piatti, qui s'amène à Montréal avec comme objectif clair de faire la différence.

«Je sais que l'équipe connaît une mauvaise saison, a déclaré Piatti par le biais d'un traducteur. Mais je suis prêt à jouer dès maintenant et à ramener l'Impact sur le chemin de la victoire.»

Il n'a pas non plus l'intention de faire augmenter sa valeur et de quitter rapidement Montréal: il a signé un pacte de trois ans et demi avec le club montréalais, après deux ans de négociations. Il n'a jamais remis en question sa décision depuis.

«J'ai pu discuter avec des joueurs qui étaient déjà ici, a-t-il dit. Ça m'a confirmé que de venir en MLS était le bon choix.»

Confiant, l'ancien de San Lorenzo — qu'il a aidé à mener au titre de la Copa Libertadores, que l'équipe a remporté mercredi — ne croit pas que la transition vers la MLS ou la vie à Montréal sera difficile. Il a d'ailleurs indiqué que le circuit Garber était bien vu en Argentine.

«La ligue a bonne réputation chez nous en raison de son tempo élevé, a indiqué Piatti. Je suis très heureux d'être ici et je ne crois pas que la transition sera un problème. Je suis prêt pour ce défi et j'ai bien hâte de faire mes premiers pas en MLS.»

N'ayant pas froid aux yeux, celui qui a marqué 30 buts en plus de 160 matchs en première division argentine a d'ailleurs choisi de porter le no 10, qui a une grande signification au foot: c'est lui le fabricant de jeu principal, la vedette du club. C'est d'ailleurs la première fois qu'un joueur de l'Impact portera ce dossard en MLS.

«De porter ce numéro ne m'imposera pas plus de pression, même si c'est la première fois que je le porte de toute ma carrière», a laissé tomber Piatti, qui se décrit comme une personne «plutôt tranquille».

Klopas n'a pas voulu se compromettre sur sa formation de samedi, mais il y a fort à parier que le nouveau venu sera dans la formation partante contre le Fire de Chicago (4-5-13). Sinon, les partisans de l'Impact pourront sûrement le voir à l'oeuvre mercredi prochain, alors que l'Impact disputera son deuxième match de groupe de la Ligue des Champions de la CONCACAF au Salvador, contre le Club Deportivo FAS.

Objectifs modifiés?

On a aussi demandé à Klopas s'il avait changé ses objectifs en raison de la piètre performance de l'équipe sur le terrain, jumelée à l'arrivée de Piatti.

«C'est certain qu'en début de saison, notre premier objectif était d'être une équipe constante, qui s'assurerait d'une place en séries et de nous donner une occasion de remporter le championnat. Le deuxième était remporter le Championnat canadien. Nous avons réussi sur ce point.

«Maintenant, on veut franchir la phase de groupe (de la Ligue des Champions). Il reste encore beaucoup de matchs à jouer. Il est difficile de se fixer des objectifs en termes de points. Il faut prendre cela un match à la fois. Mais je suis très fier du travail que le groupe de personnels a accompli, et même des joueurs.

«C'est difficile, car les résultats ne sont pas au rendez-vous. Ça ne nous empêchera pas de travailler fort, car nous avons toujours des responsabilités envers tout le monde au sein de ce club et de nos partisans. On vise toujours de finir en force et de participer aux séries.»

PLUS:pc