POLITIQUE

EXCLUSIF - Michael Sona: «Je pensais que ça prendrait une tournure différente»

14/08/2014 01:39 EDT | Actualisé 14/08/2014 01:59 EDT
CP

Michael Sona, l'ex-employé conservateur reconnu coupable de fraude électorale, dit qu'il ne sait pas s'il va porter sa cause en appel.

Mais la simple pensée qu'il pourrait faire de la prison pèse lourd dans la balance.

«Eh bien», a-t-il laissé tomber, au téléphone avec The Huffington Post Canada peu de temps après qu'il ait pris connaissance du verdict, jeudi matin.

«C'est correct, c'est correct.»

Sona, 25 ans, est la seule personne à avoir été jugé dans l'affaire des appels automatisés. Des milliers d'électeurs s'étaient plaints d'avoir reçu des appels les avoir dirigé vers les mauvais bureaux de scrutin.

LIRE AUSSI: Appels automatisés: l'organisateur Michael Sona reconnu coupable de fraude électorale

La compagnie RackNine, basée à Edmonton en Alberta, a été embauchée pour appeler près de 7000 numéros de téléphones à Guelph, en Ontario, par un client qui utilisait de faux noms - dont «Pierre Poutine».

Michael Sona dit que le procès a été dur pour ses parents, qui auraient quitté la salle d'audience en pleurs.

Lui-même était très émotif à l'autre bout du fil.

«Je ne sais pas. Rien, a-t-il répondu quand on lui a demandé à quoi il pensait. J'irai probablement en prison.»

«Je pensais que ça prendrait une tournure différente.»

L'avocat de la défense Norm Boxall a dit qu'il reverrait le jugement avec son client avant de déterminer les prochaines étapes.

«Il n'y a jamais eu un cas comme celui-ci au Canada, donc ça crée un précédent», a affirmé Boxall aux journalistes présents.

Pendant toute cette saga, Michael Sona a clamé son innocence. Sa sentence devrait être connue le 17 octobre, moins de deux semaines après son 26e anniversaire de naissance.

- Avec La Presse Canadienne

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper