NOUVELLES

Colombie: le président voit d'"un bon oeil" le cannabis thérapeutique

14/08/2014 01:50 EDT | Actualisé 14/10/2014 05:12 EDT

Le président de la Colombie, Juan Manuel Santos (centre-droit), a assuré jeudi voir d'"un bon oeil" l'usage thérapeutique du cannabis dans son pays, l'un des principaux producteurs de cocaïne au monde.

"Nous voyons d'un bon oeil l'initiative sur l'usage médical et thérapeutique de la marihuana", a déclaré le président lors d'un forum sur les politiques face aux drogues.

"Nous la prenons comme une mesure de compassion pour tenir compte de la douleur des patients avec des maladies en phase terminale mais aussi comme une façon de retirer (un marché) des mains des criminels, qui sont l'intermédiaire entre le patient et une substance qui va leur permettre de soulager leur douleur", a-t-il affirmé lors de ce forum organisé par la revue Semana.

Le président a ainsi offert son appui public à une initiative parlementaire de son Parti libéral, à la tête d'une majorité relative au Congrès, en vue de permettre l'usage du cannabis à des fins médicales d'ici la fin de la législature, en 2018.

"C'est un soutien très important, fondamental, parce qu'il s'agit d'un président (...) qui cherche à transformer la politique anti-drogue en Colombie", s'est réjoui auprès de l'AFP le sénateur Juan Manuel Galan, à l'origine de la proposition.

Le projet pourrait être discuté au Congrès dès le mois de septembre, selon cet élu.

En Colombie, la consommation comme le commerce de cannabis sont interdits. Toutefois, la détention de 20 grammes destinés à un usage personnel est dépénalisée depuis 2012.

Au-delà de la marihuana, la Colombie, avec le Pérou, est le principal producteur de cocaïne au monde. Selon les Nations unies, la production en 2013 s'est élevée à 290 tonnes.

Jeudi, le président Santos, dont le pays reçoit pourtant des milliards de dollars des Etats-Unis pour combattre le trafic de drogues, a répété que "la guerre contre la drogue", terme employé par le président américain Richard Nixon dans les années 70, avait "échoué".

Toutefois, la Colombie "ne va pas agir unilatéralement" pour modifier cette stratégie, a-t-il assuré.

Ailleurs en Amérique latine, l'Uruguay s'est récemment distingué en autorisant la culture et la vente de cannabis au public sous autorité de l'Etat.

Depuis deux ans, plusieurs chefs d'Etat de la région, de droite comme de gauche, ont appelé à une profonde révision des politiques anti-drogues essentiellement répressives menées sur l'ensemble du continent, généralement à l'initiative des Etats-Unis, estimant qu'elles n'avaient pas fait leurs preuves et alimentaient la violence.

pcp/ll/hdz/ka/ih

PLUS:hp