NOUVELLES

Chine: les chaînes de télé priées de renforcer leur dose de séries "patriotiques"

14/08/2014 09:32 EDT | Actualisé 14/10/2014 05:12 EDT

Les autorités chinoises ont ordonné aux chaînes de télévision du pays de mettre à l'honneur pendant deux mois des séries "patriotiques" et "antifascistes", selon des médias, alors que Pékin intensifie sa propagande sur fond de tensions avec le Japon.

La télévision chinoise passe déjà, ad nauseam, d'innombrables séries à coloration "patriotique", mettant notamment en scène la guerre sino-japonaise des années 1930-1940 ou bien des épisodes édifiants de l'histoire du Parti communiste.

Mais selon le portail d'informations Netease, qui cite sous couvert d'anonymat des professionnels du secteur, les chaînes chinoises par satellite --contrôlées par les gouvernements provinciaux-- se sont vues ordonner d'intensifier le rythme de diffusion de telles séries et de les programmer en prime time.

La mesure s'appliquera à partir de début septembre jusqu'à fin octobre, selon Netease --une période qui englobe donc les congés du 1er octobre, fête nationale célébrant la victoire des communistes sur les forces nationalistes en 1949.

Mais quels programmes peuvent être considérés comme "patriotique"? Un employé de la télévision de Shanghai, interrogé par le site d'infos, offre quelques précisions à cet égard.

Selon lui, l'intitulé comprend "probablement" les histoires dont les héros "défendent le pays", créent leur entreprise, font preuve de "solidarité interethnique", ou encore montrent des relations familiales solides --sans disputes entre parents.

"Les séries antijaponaise font assurément partie du lot", a-t-il ajouté, en référence aux programmes qualifiés d'"antifascistes", inspirés par la résistance contre l'occupation japonaise.

Ces consignes interviennent alors que les relations entre Pékin et Tokyo ne cessent de se dégrader, envenimées par un différend territorial en mer de Chine orientale, ainsi que par des contentieux historiques, notamment au sujet des guerres passées.

Les autorités de la censure transmettent de façon routinière aux différents médias chinois des notices leur indiquant quelles informations ou quels programmes peuvent ou non être diffusés.

La production chinoise de films et de séries télévisées est également soumise à de strictes restrictions et à des contrôles préliminaires --le nombre des sujets étant par la force des choses limité, la "guerre antijaponaise" apparaît comme l'un des thèmes dramatiques les plus "acceptables" politiquement.

D'où la multiplication de séries guerrières interminables, aux intrigues répétitives, personnages caricaturaux et piètres effets spéciaux.

Signe du débit important de la production, les médias avaient rapporté le cas d'un figurant chinois qui avait joué plus de 200 fois en 2012 le rôle d'un soldat japonais, agonisant parfois jusqu'à huit fois dans la même journée pour autant de scènes différentes.

wf-jug/fw

PLUS:hp