NOUVELLES

Berlin envoie de l'aide pour les combattants kurdes (agence)

14/08/2014 11:16 EDT | Actualisé 14/10/2014 05:12 EDT

Berlin va envoyer vendredi quatre appareils Transall chargés d'aide humanitaire pour soutenir les combattants kurdes contre les jihadistes de l'État islamique (EI) en Irak, a indiqué jeudi l'agence allemande DPA.

Selon cette source, quatre appareils Transall de l'armée allemande vont décoller vendredi, avec à leur bord 36 tonnes de ravitaillement et de matériel médical, à destination d'Erbil, capitale du Kurdistan irakien (nord).

Le matériel serait ensuite remis à des organisations onusiennes qui se chargeraient de la distribution.

Selon l'édition en ligne du magazine Der Spiegel, la commission de la Défense du Bundestag, chambre basse du Parlement allemand, devait être informée jeudi après-midi des modalités de cette opération.

La chancelière Angela Merkel avait confirmé mercredi la ligne de son gouvernement, à savoir, parallèlement à une aide humanitaire de plusieurs millions d'euros, l'envoi de moyens militaires non létaux et d'aide humanitaire aux autorités régionales kurdes, en première ligne face à l'avancée de l'EI.

Mais, dans une interview à paraître vendredi dans le quotidien "Hannoversche Allgemeine Zeitung", Mme Merkel a semblé ne plus exclure la possibilité de livraisons d'armes, affirmant vouloir, "en cas de besoin", aller aussi loin que ce que la loi allemande prévoit en la matière.

"En ce qui concerne les exportations d'armes, il y a toujours une marge de manoeuvre politique et légale, et nous allons, en cas de besoin, l'utiliser", a déclaré la chancelière.

La loi allemande interdit le commerce des armes à destination des zones de conflit, mais cette option peut cependant être envisagée si les intérêts sécuritaires de l'Allemagne sont en jeu. Depuis le début de la semaine, plusieurs responsables politiques, y compris Sigmar Gabriel, ministre de l'Économie et chef des sociaux-démocrates qui gouvernent avec les conservateurs de Mme Merkel, ont plaidé en faveur de l'envoi d'armes.

"Les intérêts sécuritaires de l'Allemagne sont un des éléments qui font partie de nos réflexions mais aucune décision n'a encore été prise", a encore affirmé la chancelière au quotidien régional.

Selon un sondage de l'institut Emnid rendu public jeudi par la chaîne d'information continue N24, 71% des Allemands sont opposés à la livraison d'armes aux combattants kurdes.

elr/fjb/gbh

PLUS:hp