NOUVELLES

Merkel souhaite continuer à discuter avec Poutine "en dépit des sanctions"

13/08/2014 04:34 EDT | Actualisé 12/10/2014 05:12 EDT

La chancelière Angela Merkel affirme souhaiter, "en dépit des sanctions", continuer à discuter avec le président russe Vladimir Poutine, mais souhaite un dialogue plus constructif, dans une interview mercredi au quotidien Sächsische Zeitung.

"Je fais en sorte de ne pas couper le fil des discussions avec le président russe, en dépit des sanctions", déclare Mme Merkel, de retour de ses congés d'été. "Mais pour un échange constructif, il faut toujours être plus qu'un", a-t-elle ajouté.

La Russie frappée de sanctions sans précédent par l'Union européenne après le crash du MH17 avec 298 personnes à bord, probablement abattu par un missile tiré par des séparatistes prorusses, a riposté la semaine passée en décrétant un embargo d'un an sur des produits alimentaires, notamment européens et américains.

"Je me suis toujours engagée à collaborer de manière constructive avec la Russie et j'y suis encore prête dans l'avenir", a insisté la chancelière

Mme Merkel estime qu'avec le rattachement de la Crimée, le président Poutine a agi contre un principe consensuel en Europe qui consiste à "préserver l'intégrité de nos Etats", à ne pas "modifier de manière unilatérale les frontières".

La Russie doit accepter que l'Ukraine "puisse librement et démocratiquement décider seule" de son avenir. "Dans ce cadre, nous devons clairement et fortement défendre nos principes", a souligné Merkel.

Depuis le début de la crise ukrainienne, Mme Merkel s'est régulièrement entretenue par téléphone avec le président russe. Sa dernière conversation téléphonique avec lui date de mercredi dernier, quelques jours après l'annulation d'un important contrat militaire entre les deux pays.

Au cours de ce coup de fil, la chancelière a une nouvelle fois appelé M. Poutine à "user de son influence sur les séparatistes (prorusses en Ukraine, ndlr), afin de parvenir à un cessez-le-feu bilatéral" et une "stabilisation" de la situation, selon un communiqué du gouvernement allemand.

elr/fjb/fw

PLUS:hp