NOUVELLES

Ebola: le laboratoire Tekmira en contact avec l'OMS pour son médicament

13/08/2014 07:06 EDT | Actualisé 13/10/2014 05:12 EDT

Le laboratoire canadien Tekmira, qui est en phase préliminaire de tests pour son traitement du virus Ebola, est en contact avec l'Organisation mondiale de la santé, des ONG et des autorités sanitaires gouvernementales pour son utilisation éventuelle, a indiqué mercredi la société.

Face à l'épidémie de fièvre hémorragique en Afrique de l'Ouest, le laboratoire Tekmira en liaison avec les autorités de contrôle évalue "les options pour l'utilisation de (son) médicament expérimental dans les protocoles cliniques", a déclaré Tekmira dans un communiqué.

Dans ce cadre, Tekmira mène "des discussions avec des organismes gouvernementaux et des ONG, y compris l'OMS, dans les différents pays pour l'utilisation potentielle du TKM-Ebola", traitement pour les personnes infectées par le virus Ebola.

Cette société canadienne a développé le TKM-Ebola dans le cadre d'un contrat de 140 millions de dollars avec le ministère américain de la Défense. Le laboratoire mène des essais cliniques de phase 1, soit sur des sujets non infectés. Les certifications nécessaires à l'utilisation de ce traitement sur des êtres humains n'ont pas été délivrées.

Le traitement est basé sur l'utilisation d'un acide ribonucléique venant interférer avec un acide de même type servant de véhicule au virus Ebola.

La procédure en urgence accordée en mars par l'agence américaine des médicaments (FDA) avait ensuite été suspendue par celle-ci. Face au fléau de l'épidémie en Afrique, la FDA avait la semaine dernière levé partiellement la suspension des essais, ouvrant la voie à l'utilisation du traitement de Tekmira sur des patients atteints par le virus.

Le PDG de Tekmira, Mark Murray, s'est dit mercredi "raisonnablement confiant de pouvoir lever les doutes de la FDA et ainsi aller de l'avant".

Il a refusé de donner des indications sur le niveau de production ou les stocks de son traitement.

"Bien sûr nous avons du stock parce que nous sommes en cours d'essais cliniques", a indiqué Mark Murray, sans donner le nombre de médicaments disponibles pour une utilisation potentielle en Afrique.

"Je n'ai pas de réponse" sur une production en plus grande quantité de ce traitement, a-t-il ajouté.

Mercredi, le Canada a mis à disposition de l'OMS un millier de doses d'un vaccin expérimental contre le virus Ebola, pour tenter d'endiguer l'épidémie.

Le dernier bilan mercredi de l'OMS fait état de 1.069 morts sur plus de 1.975 cas confirmés.

La Guinée a déclaré mercredi l'état d'urgence, comme l'avait fait avant elle le Liberia, la Sierra Leone et le Nigeria.

mbr/are

PLUS:hp