NOUVELLES

Des chrétiens persécutés en Chine par le régime communiste

13/08/2014 09:31 EDT | Actualisé 13/10/2014 05:12 EDT
SRC

Plusieurs résidents du sud de la Chine craignent maintenant pour l'avenir de leurs églises dans cette région qui fut, autrefois, un refuge chrétien.

Un texte d'Yvan Côté Twitter Courriel

Le régime communiste mène l'une des plus vastes campagnes anti-religion de son histoire, disent plusieurs fidèles. De nombreux prêtres ont été arrêtés et des paroissiens ont été battus en raison de leur croyance.

Dans un petit logement sombre de Shuitou, Yu Fen, 70 ans, prie la voix en sanglot pour que l'on sauve son église. Il y a un mois le régime communiste a annoncé qu'il voulait retirer la croix qui trône au sommet de l'édifice. Les autorités de la province du Zhejiang jugeaient le symbole « trop voyant ».

« Je ne sais pas pourquoi on s'en prend à nous », dit avec horreur Yu, un nom fictif car la femme craint pour sa sécurité. « L'église est à Shuitou depuis déjà 17 ans. Nous n'avions jamais eu de problèmes par le passé. »

En fait, depuis le début de l'année, plus de 300 églises ont été ciblées par le gouvernement chinois parce qu'elles ne respectaient pas les normes du bâtiment. Plusieurs croix ont dû être démontées et certains édifices, comme l'église de Sanjiang, dans le sud du pays, que plusieurs considérait comme le joyau de la ville de Wenzhou, ont été détruits.

« C'est complètement fou, a indiqué un prêtre sous le couvert de l'anonymat. On nous dit que les croix sont trop hautes, mais de nouveaux bâtiments à proximité sont encore plus élevés. »

Arrestations et intimidation

En fait, les chrétiens de la région disent n'avoir jamais été autant persécutés depuis la révolution culturelle menée par Mao dans les années 1960 et 1970. Le sujet est d'ailleurs devenu extrêmement délicat dans la région.

Des prêtres ont été arrêtés lorsqu'ils ont tenté de dénoncer ce qu'ils jugent être des abus du parti communiste. J'ai moi-même été détenu pendant 2 heures, dans le village de Shuitou, tout simplement parce que je prenais des images à l'extérieur de l'église.

Après avoir visionné mon visuel les policiers m'ont finalement laissé repartir, mais pas avant de me suggérer « d'oublier l'église et de quitter la ville ».

Vague de violence

L'église de Shuitou est devenu l'un des emblèmes de la bataille que mènent en ce moment les chrétiens dans le sud du pays. En juillet, 400 paroissiens se sont massés devant leur bâtiment pour empêcher les autorités d'y enlever la croix. Une confrontation sanglante a suivi.

Cinquante personnes ont été battues par les policiers, dont dix qui se sont retrouvées à l'hôpital pour des fractures du crâne et des hémorragies internes.

Même si le régime a toujours perçu le christianisme comme une influence étrangère, la violence à l'endroit des chrétiens est inhabituelle. La religion fait maintenant partie d'une des quatre principales menaces dans le pays, selon un livre bleu qui vient d'être publié par des universitaires, près de Pékin.

« On a peur, dit craintive, Yu. On ne sait pas ce que sera la prochaine étape et nous sommes maintenant divisés à l'intérieur de notre église. Doit-on tenir tête au régime ou tout simplement obtempérer? »

Les pratiques religieuses demeurent étroitement encadrées en Chine, puisque le parti communiste redoute l'émergence de contre-pouvoirs. Mais, grâce à leur opposition, les chrétiens de Shuitou ont réussi à sauver leur croix. Du moins, pour l'instant.


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?

INOLTRE SU HUFFPOST

La foi dans le monde en 100 photos