NOUVELLES

Boîtes postales : les aînés s'en prennent à Postes Canada

13/08/2014 04:04 EDT | Actualisé 13/10/2014 05:12 EDT
PC

La Fédération de l'âge d'or du Québec (FADOQ) dénonce l'approche préconisée par Postes Canada pour déterminer si des personnes à mobilité réduite pourront bénéficier de mesures d'exemption dans le cadre de son projet d'installations de boîtes postales communautaires.

La société de la Couronne a récemment envoyé deux formulaires aux clients qui lui ont fait part de certaines inquiétudes depuis que le projet, destiné à réduire ses frais d'exploitation, a été annoncé en décembre dernier. L'un d'eux indique qu'un certificat d'un médecin pourrait être requis.

« On a été un peu abasourdi de voir ça, parce que c'est des renseignements qui, selon nous, sont personnels et même confidentiels. On semble aller à tâtons », dénonce le directeur général du Réseau FADOQ, Danis Prud'homme.

« On demande quand même relativement beaucoup d'informations quant à l'état de santé, la situation, le handicap... Et non seulement ça, on tient à le faire confirmer par un professionnel de la santé, comme si on ne faisait pas confiance à la personne », poursuit-il.

Danis Prud'homme rappelle que de nombreux Québécois n'ont pas accès à un médecin de famille, et que faire remplir un tel formulaire entraînera vraisemblablement des coûts que devront assumer les clients touchés.

La FADOQ déplore en outre que la population n'a pas été consultée par Postes Canada au sujet de ce changement, qu'elle juge « inacceptable ». Elle souligne que dans le pire des cas, la société aurait dû prévoir une période de transition pour habituer les gens.

M. Prud'homme souligne que son organisation attend maintenant de connaître l'opinion du Commissaire à la vie privée du Canada. Ce dernier a déjà fait savoir qu'il n'avait pas été consulté par Postes Canada au sujet de ces formulaires qui, consent-il, soulèvent des questions en matière de protection des renseignements personnels.

Des formulaires pour « adapter » les solutions, plaide Postes Canada

En entrevue à Radio-Canada, une porte-parole de Postes Canada, Annick Losier, admet du bout des lèvres que des gens devront bel et bien obtenir un billet du médecin dans « certains cas ». Elle soutient qu'il s'agit d'une démarche similaire à celle que doivent suivre les gens qui veulent obtenir une vignette de stationnement pour personne à mobilité réduite.

La société de la Couronne assure cependant que la démarche vise d'abord et avant tout à recueillir de l'information sur les problèmes physiques des gens qui l'ont contacté, afin de pouvoir « adapter » ses solutions. Les données obtenues seront « hyperconfidentielles » affirme-t-elle.

« Dans certains cas, les gens nous ont dit : "J'ai des inquiétudes". Mais on ne sait pas quelles sont ces inquiétudes », plaide Mme Losier, en indiquant que différentes solutions sont envisagées. « Le questionnaire va nous donner un peu plus de renseignements pour débuter ce dialogue », ajoute-t-elle, en précisant que Postes Canada a mis sur pied des « équipes attitrées » à cette fin.

« Ça peut être un cas d'arthrite, alors que la personne ne peut pas ouvrir le compartiment. On a des outils, des solutions pour ça. C'est peut-être une question que l'hiver, on ne peut pas se rendre à la boîte postale communautaire. Encore une fois, ça peut être une solution temporaire. Ça peut être une question que la personne aimerait mieux recevoir ça à un bureau de poste. C'est une autre possibilité », explique-t-elle.

Postes Canada, dit-elle, a consulté une « douzaine d'organismes nationaux et régionaux afin de déterminer quel serait le meilleur processus » à suivre pour les personnes à mobilité réduite qui lui ont fait part de leurs inquiétudes. « Les gens sont experts et on a profité de leur expérience pour développer ce processus qui est vraiment basé sur les meilleures pratiques », argue-t-elle, sans dévoiler l'identité des organismes consultés.

Annick Losier refuse de dévoiler combien de personnes ont reçu les formulaires de Postes Canada. Elle se borne à dire que la démarche ne touche qu'un « très minime pourcentage » des quelque 100 000 ménages qui devront vivre ce changement à court terme, sans donner plus de précisions.

La porte-parole de Postes Canada admet aussi à demi-mot qu'obtenir un billet du médecin peut être compliqué pour certaines personnes. « Écoutez, c'est certain que le processus pose des questions », a-t-elle répondu lorsqu'interrogée sur le fait qu'un Québécois sur trois n'a pas de médecin de famille.

À VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST:

Postes Canada cessera le porte-à-porte