NOUVELLES

Scioli, sérieux prétendant à la présidence de l'Argentine, se déclare

12/08/2014 01:06 EDT | Actualisé 12/10/2014 05:12 EDT

Chef d'entreprise, ancien pilote de bateau offshore et poids lourd de la mouvance péroniste au pouvoir, Daniel Scioli a annoncé mardi sa candidature à la présidentielle d'octobre 2015 en Argentine.

"Cela fait 57 ans que je travaille pour atteindre cet objectif", a déclaré à Radio Mitre le gouverneur de la province de Buenos Aires, qui rassemble près de 40% de l'électorat.

Cet ancien vice-président de Nestor Kirchner (2003-2007), en délicatesse avec la présidente de centre-gauche Cristina Kirchner, s'est déclaré candidat sans le soutien explicite de Mme Kirchner, qui ne briguera pas un troisième mandat.

Il souhaite être le candidat de la coalition péroniste au pouvoir, réaffirmant mardi sa "loyauté à Cristina Kirchner et au péronisme", mais le camp Kirchner n'a pas encore désigné de candidat et semble préférer Florencio Randazo, actuellement ministre de l'Intérieur et des Transports.

De 2010 à mai 2014, Daniel Scioli a été président du Parti justicialiste (PJ), colonne vertébrale de la coalition au pouvoir.

Des élections primaires sont prévues en août 2015 pour tous les partis.

Daniel Scioli a annoncé voici plusieurs semaines la composition d'une équipe économique suggérant une rupture avec la politique actuelle du gouvernement.

Il a affirmé vouloir "préserver les succès" des années Kirchner et que sa "plus grande préoccupation était l'emploi et le pouvoir d'achat", dans un pays miné par l'inflation et une amorce de récession.

Le maire conservateur de Buenos Aires, Mauricio Macri, a été le premier à déclarer sa candidature.

Ancien chef du gouvernement de Mme Kirchner avant de faire dissidence en 2013, le député Sergio Massa est également un sérieux prétendant à la présidence.

Une coalition de centre-gauche rassemblant les Radicaux de l'UCR, le parti de Raul Alfonsin (1983-1989), et le Parti socialiste devrait en outre présenter un candidat commun. Elle était arrivée en 2e position de la présidentielle en 2011.

ap/ka/ih

PLUS:hp