NOUVELLES

Robin Williams, un "génie" au doublage

12/08/2014 12:33 EDT | Actualisé 12/10/2014 05:12 EDT

Génie comique au physique étonnamment versatile, Robin Williams a aussi joué de la voix pour faire entrer le doublage du cinéma d'animation dans la cour des stars d'Hollywood, avec le doublage de légende du "génie" d'"Aladdin".

"Aladdin", dessin animé estampillé Disney, est "le premier grand film d'animation qui a fait sa publicité sur le fait qu'il inscrivait un grand nom dans le doublage", en l'occurrence celui de Robin Williams, écrit le site spécialisé IMDb.

Depuis, les plus grandes stars d'Hollywood se bousculent pour doubler les blockbusters animés.

Mais en 1992, quand sort "Aladdin", la tradition est plutôt d'utiliser des acteurs anonymes et la performance vocale de Robin Williams se démultipliant dans le rôle du "génie" sorti de la lampe magique, reste de légende.

Et pourtant, en prenant le rôle, Williams a fait établir un contrat de non-publicité "parce qu'il travaillait au tarif minimum syndical pour que ses enfants puissent l'entendre dans un film Disney", raconte à l'AFP l'historien Disney Jim Korkis.

- Seize heures d'improvisations -

Demander comme il l'a fait de ne pas associer son nom à la publicité et au merchandising "n'avait jamais fait l'objet auparavant de ce type de contrat", ajoute l'auteur de "The Revised Vault of Walt" sur l'empire Disney.

Dans le film dont il est rapidement devenu le personnage préféré du public, Williams utilise son don d'imitation stupéfiant pour reprendre la voix d'une quinzaine de célébrités, dont Groucho Marx, Arnold Schwarzenegger, Jack Nicholson ou Robert de Niro.

Williams, avec l'accord de Disney, improvise. Il y aura 16 heures d'enregistrements de ces improvisations délirantes, pour un film de 90 minutes.

"Dans la scène d'ouverture du marchand, qu'il double, ils avaient mis des objets sur une table, recouverts d'un drap. William en prenait un au hasard et improvisait", raconte M. Korkis.

"Voilà qu'il sort un soutien-gorge, le pose sur sa tête et lance +Oh, un double yarmulke! (kippah juive). Evidemment, la plupart de ces improvisations ne pouvaient être gardées", dit-il.

Robin Williams dans un entretien avec la presse dira plus tard que le "génie" d'Aladdin fait partie de ses trois personnages préférés, parmi la cinquantaine qu'il a personnifiés.

De fait, Disney rompra son contrat de non-publicité et pour se faire pardonner, son PDG Jeffrey Katzenberg offrira à Robin Williams furieux ... un Picasso, peintre qu'il aime, d'un million de dollars.

Malgré son talent de doubleur et son intérêt revendiqué pour le film d'animation - il en a souvent présenté les récompenses - Robin williams finalement n'en doublera que six : "Aladdin", "Robots" et les deux "Happy Feet". Son premier doublage avait été en 1992 celui des "aventures de Zak et Crysta dans la forêt tropicale de Ferngully".

ff/vog

PLUS:hp