NOUVELLES

Retour à la rentabilité pour Rona au deuxième trimestre; l'action grimpe

12/08/2014 10:36 EDT | Actualisé 12/10/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Les efforts déployés depuis plus d'un an par Rona (TSX:RON) afin de réduire ses coûts commencent à se faire ressentir puisque le quincailler a renoué avec la rentabilité au deuxième trimestre, en dépit d'un recul son chiffre d'affaires.

Après plusieurs trimestres difficiles, l'entreprise établie à Boucherville a dévoilé mardi des profits de 42 millions $, ou 35 cents par action, pour la période de trois mois terminée le 29 juin dernier.

«Les progrès enregistrés à ce jour, dans le cadre de notre plan d'affaires, valident nos initiatives axées sur l'amélioration de l'efficacité et le redressement d'unités d'affaires sous-performantes», a affirmé le président et chef de la direction de Rona, Robert Sawyer.

Au deuxième trimestre en 2013, Rona avait encaissé une perte de 38,7 millions $, ou 32 cents par action.

Depuis juin 2013, Rona a mis de l'avant un plan de réduction des dépenses de 110 millions $ qui s'est traduit entre autres par l'élimination de quelque 375 postes administratifs ainsi que la fermeture de 11 magasins considérés peu rentables en Ontario ainsi qu'en Colombie-Britannique.

Selon la société, la contribution des économies attribuables à ce plan de redressement au bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements ont été de l'ordre de 10,5 millions $ au cours du trimestre.

Le retour à la rentabilité a fait bondir l'action de Rona à la Bourse de Toronto. Celle-ci a clôturé à 12,77 $, en hausse de 3,2 pour cent, après avoir grimpé jusqu'à 13,06 $ en cours de séance.

Sur une base ajustée, le bénéfice s'est chiffré à 42 millions $, ou 35 cents par action, dépassant de 2 cents la prévision des analystes sondés par Thomson Reuters. Au deuxième trimestre de 2013, le résultat ajusté avait été de 33,6 millions $, ou 28 cents par action.

En dépit de profits au deuxième trimestre, le quincailler a vu son chiffre d'affaires fléchir de 4,4 pour cent pour s'établir à 1,2 milliard $ par rapport à 1,25 milliard $ à la même période en 2013.

Cette performance est attribuable, selon Rona, à la fermeture de magasins sous-performants, au printemps tardif au Québec et en Ontario qui a affecté négativement les magasins spécialisés dans la vente de matériaux de construction dans la première moitié du trimestre, ainsi qu'à un recul des mises en chantier au Québec.

«Nous sommes maintenant en meilleure position pour faire progresser nos ventes grâce à notre structure plus légère», a affirmé M. Sawyer, au cours d'une conférence téléphonique visant à discuter des résultats trimestriels.

Questionné par les analystes, le patron de Rona a indiqué que l'entreprise, qui compte surveiller son budget en ce qui a trait aux dépenses en publicité, comptait passer à l'offensive sur le web au cours de l'automne dans l'espoir de stimuler ses ventes.

«Nous avons plus d'un million d'adresses courriel de nos clients qui visitent fréquemment nos magasins, a-t-il dit. Nous sommes en mesure de mettre en ligne une circulaire hebdomadaire. Nous pourrions même offrir des promotions exclusives sur Internet.

Les ventes des magasins ouverts depuis au moins un an — un indicateur clé dans le secteur du commerce de détail — ont fléchi de 0,7 pour cent au plus récent trimestre.

Rona a cependant souligné que les ventes des magasins corporatifs ouverts depuis un an étaient positives pour la première fois depuis 2010, ce qui est attribuable à la forte croissance dans l'Ouest canadien et au repositionnement des magasins Réno-Dépôt et Totem.

Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, a estimé que le plan de réduction des coûts mis de l'avant l'an dernier par la direction de la société semblait faire ses preuves.

«Les résultats du deuxième trimestre démontrent que la direction fait un bon travail afin de réduire ses dépenses, mais le contexte économique actuel semble quelque peu freiner l'élan», écrit l'analyste, dans une note envoyée par courriel.

Mme Nattel ne s'attend pas à une forte augmentation dépenses demeurent faibles dans le secteur de la construction résidentielle, ce qui pourrait compliquer la tâche à Rona en ce qui a trait au redressement de ses ventes.

PLUS:pc