NOUVELLES

Plus de 830 migrants secourus au large des côtes espagnoles

12/08/2014 07:01 EDT | Actualisé 12/10/2014 05:12 EDT

Plus de 830 migrants d'Afrique subsaharienne ont été secourus mardi dans le détroit de Gibraltar et des centaines d'autres ont tenté depuis le Maroc de franchir les barrières de la ville enclave espagnole de Melilla.

Le nombre de personnes secourues en mer et prises en charge par la Garde civile a été ainsi porté à plus de 1.150 en quatre jours, selon un dernier bilan établi vers 22H45 GMT.

Certains membres de la Garde civile étaient équipés de gants et de masques de protection en raison de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, où plus de mille morts ont été recensés.

Par ailleurs, "l'intense pression migratoire à Melilla s'est soldée par deux tentatives de passage au petit matin le long de la clôture frontière avec le Maroc", au cours desquelles trois clandestins se sont blessés, ont annoncé les autorités locales.

Dans un premier temps, vers 06H05 (04H05 GMT), quelque 500 migrants ont tenté de franchir la triple barrière grillagée qui sépare le Maroc de l'enclave espagnole en deux points différents avec des échelles de fortune, a indiqué la préfecture de Melilla dans un communiqué.

Une trentaine d'entre eux "ont réussi à accéder à la zone entre les clôtures, à détruire l'une des portes intérieures des grilles et a pu entrer sur le territoire espagnol". Une cinquantaine sont restés perchés pendant plusieurs heures sur l'une des clôtures, avant de descendre côté espagnol.

Une heure plus tard, environ 200 migrants ont essayé de franchir la barrière à un autre point, sans succès. Une cinquantaine d'entre eux ont toutefois pu se hisser sur des grilles de plusieurs mètres de haut où ils se sont retrouvés bloqués.

Un troisième groupe d'une cinquantaine de personnes a tenté à son tour de passer côté espagnol, en vain, vers 16H00 (14H00 GMT), a indiqué une porte-parole de la préfecture de Melilla.

"Les organisations mafieuses qui organisent le trafic illégal de personnes profitent de la météo favorable pour ce genre de méfait", a estimé le sous-préfet de Cadix (Andalousie, sud) Javier de Torre, lors d'une conférence de presse.

"L'an dernier s'est produit exactement la même chose (...) Il y a eu une autre vague de migrants à la fin de la célébration de la fin du ramadan", a-t-il rappelé.

Pour le maire de Tarifa (sud de l'Espagne), Juan Andrés Gil, les bonnes conditions météo devraient se poursuivre pendant "au moins trois ou quatre jours de plus, et du peu que nous sachions, nous nous attendons à ce que cette avalanche se maintienne, voire augmente".

Le nombre d'immigrants clandestins qui tentent d'entrer en Espagne ou en Italie a fortement augmenté ces derniers mois. L'Espagne en a appelé à l'Union européenne pour contenir les vagues d'immigrants d'Afrique subsaharienne et du Maghreb qui affluent aux portes de Melilla et de l'autre enclave de Ceuta, les deux seules frontières terrestres entre le continent africain et l'Europe.

En Italie, la marine a annoncé lundi avoir secouru plus de 2.000 migrants au cours de diverses opérations effectuées pendant le week-end dans le canal de Sicile, le bras de Méditerranée qui sépare l'Afrique du Nord des côtes italiennes.

ib-laf/acc/bap/glr

PLUS:hp