POLITIQUE

Bureaux satellites: le NPD dans l'eau chaude, accusé d'avoir embauché du personnel partisan aux partielles en 2013

12/08/2014 03:54 EDT | Actualisé 12/08/2014 03:56 EDT
CP

Les députés du Nouveau Parti démocratique (NPD) devront tous s’endetter de quelques milliers de dollars après que le parti ait induit la Chambre des communes en erreur.

Le comité qui supervise les dépenses des parlementaires conclut que les néo-démocrates doivent rembourser une «importante» somme d'argent pour des salaires injustement versés à du personnel politique qui travaillait dans des «bureaux satellites» du parti au Québec.

Le porte-parole du comité, le conservateur John Duncan, a indiqué aux journalistes mardi que le NPD aurait embauché ses employés aux frais des contribuables pour l’élection partielle dans Bourassa, l’automne dernier.

«La Régie a déterminé que les dépenses concernant le personnel qui travaillait dans les bureaux satellites à Montréal ne consistaient pas une utilisation propre des ressources parlementaires», a ajouté le député.

Si ces allégations s’avèrent fondées, le NPD aurait contrevenu aux règles - ce que le parti nie catégoriquement.

La directrice adjointe aux communications Valérie Dufour a fait savoir que tout cela était «complètement faux». Elle dit que, comme le prévoit les règles, les employés avaient accumulé les heures supplémentaires et travaillaient sur la campagne comme s’ils étaient en congé compensatoire.

The Huffington Post Canada a appris que trois employés du bureau du NPD à Montréal à ce moment-là travaillaient également sur la campagne partielle.

  • David Patry, le directeur des médias du Québec
  • Anne-Marie Aubert, agente de liaison, présentement en congé de maternité
  • Xavier Peich, un ancien employé aux communications

Des factures de la campagne démontrent que Patry et Aubert ont fait plusieurs achats pendant les heures de bureau.

Un message de l’agent officiel du NPD à Bourassa dit que ces derniers faisaient partie des huit individus qui avaient travaillé sur la campagne, mais n’avaient pas encore été payés. Ils ont chacun reçu 525$ pour couvrir leurs dépenses personnelles, en plus de per diems entre le 22 octobre et le 25 novembre 2013.

John Duncan dit ne pas savoir combien d’argent les 23 députés ont mis ensemble pour payer pour les 19 à 28 employés à Montréal et à Toronto, mais il affirme que ce sera un montant «substantiel».

Le comité statue que les employés payés par les Communes peuvent travailler à Ottawa ou dans un bureau de circonscription. Cela ne prévient pas les arrangements à l’amiable, mais le règlement empêche le personnel partisan de travailler dans des bureaux payés par les Communes.

Cette somme viendra s'ajouter aux frais postaux de 1,17 million $ facturés au Parlement par des députés du NPD, qui ont envoyé près de deux millions de dépliants partisans à des ménages dans 26 circonscriptions. Le comité des Communes avait estimé en juin dernier que ces dépenses n'étaient pas remboursables.

Le NPD a déjà déposé une contestation de cette décision devant les tribunaux, et devrait en faire autant avec la nouvelle décision du comité sur les bureaux satellites.

Des employés du bureau à Montréal pourraient perdre leur emploi dans les prochains jours.

- Avec La Presse Canadienne

Envois postaux: 23 députés du NPD qui devront rembourser