NOUVELLES

Une veille à la bougie vire à l'émeute au Missouri

11/08/2014 08:49 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT

FERGUSON, États-Unis - La mort d'un jeune homme de 18 ans, abattu par la police dans le Missouri, suscite beaucoup de questions. Le FBI a confirmé l'ouverture d'une enquête sur les circonstances de sa mort, lundi, au lendemain d'une veille à la bougie organisée à sa mémoire ayant tourné à l'émeute, dans les rues de la ville de Ferguson, au Missouri.

Des voitures ont été vandalisées et des commerces pillés dans un secteur de cette banlieue essentiellement noire de St. Louis. Environ une trentaine de personnes ont été arrêtées.

La veille avait été organisée à la mémoire de Michael Brown, qui a été atteint de plusieurs balles samedi après s'être possiblement bagarré avec un policier.

Des leaders de la communauté noire ont rapidement condamné la mort d'un autre jeune Noir aux mains des forces de l'ordre.

Plusieurs commerces ont été pillés au terme de la veille, dont un dépanneur qui a ensuite été incendié.

Des images diffusées par la télévision montraient une file de gens sortant d'un commerce, des bouteilles de boisson à la main, pendant que d'autres manifestants vandalisaient des voitures ou narguaient les policiers. Au moins une camionnette appartenant à une station de télévision a aussi été saccagée.

La police a confirmé que Michael Brown n'était pas armé et une enquête a été ouverte pour tenter de faire la lumière sur les circonstances de sa mort.

La fusillade a suscité les critiques de certains leaders des droits civils, qui ont fait référence à la mort par balles en 2012 du jeune de 17 ans Trayvon Martin en Floride, vue comme un geste à caractère racial. George Zimmerman, organisateur d'une patrouille de sécurité composée de volontaires de son quartier, avait été acquitté des accusations de meurtre.

Dorian Johnson a affirmé à WALB-TV que Michael Brown et lui-même reprenaient le chemin de leur domicile après s'être rendus dans un magasin lorsqu'un policier leur a dit de ne pas marcher dans la rue et de revenir sur le trottoir. Il a affirmé qu'ils avaient continué à marcher, ce qui a mené l'agent à les interpeller à partir de son véhicule puis en sortant de son véhicule.

Dorian Johnson a soutenu que le policier a ouvert le feu, que Michael Brown et lui-même ont pris peur et ont pris la fuite.

«Il a tiré encore, et après que mon ami eut ressenti le coup, il s'est retourné, a mis ses mains dans les airs et a commencé à s'agenouiller, a-t-il fait valoir. Mais le policier a continué à approcher avec son arme brandie et a tiré plusieurs autres coups.»

La police de St. Louis, qui mène son enquête, a refusé de discuter des propos de Dorian Johnson, faisant valoir l'enquête en cours. Mais le chef de police Jon Belmar avait dit précédemment qu'un policier s'était approché de deux jeunes hommes à l'extérieur d'un édifice à logements à Ferguson, et que l'un des deux avait poussé le policier dans son véhicule et qu'il y avait eu une bataille avant la fusillade.

Le FBI se penche sur de possibles violations des droits civils à l'égard de cette fusillade, a dit Cheryl Mimura, une porte-parole aux bureaux de l'agence fédérale à St. Louis.

PLUS:pc