NOUVELLES

Un tribunal autorise l'extradition d'un Albertain accusé de terrorisme

11/08/2014 01:43 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT
CP

La Cour d'appel de l'Alberta a statué qu'un homme d'Edmonton devrait être extradé vers les États-Unis pour y répondre d'accusations de terrorisme et de meurtre.

Sayfildin Tahir Sharif est accusé de complot dans le but de tuer des Américains et d'avoir soutenu une cellule terroriste qui a commis un attentat-suicide dans son Irak natal, en 2009. Cinq soldats américains avaient alors péri.

L'homme qui se fait aussi appeler Faruq Khalil Muhammad est en détention provisoire à Edmonton depuis son arrestation en 2011.

Le ministre de la Justice du Canada a autorisé l'extradition l'été dernier, après avoir obtenu la garantie des États-Unis que Sayfildin Tahir Sharif ne risquerait pas la peine de mort.

Les avocats de la défense avaient aussi reçu une lettre des autorités américaines qui garantissaient que leur client ne serait pas détenu indéfiniment, sans procès.

Sayfildin Tahir Sharif faisait appel de la décision du ministre Rob Nicholson ainsi que de celle d'un juge. Celui-ci avait estimé en 2012 qu'il existait suffisamment de preuves pour extrader l'accusé afin qu'il réponde de deux chefs d'accusation. L'appel de l'Albertain a été entendu au mois de mai.

Sayfildin Tahir Sharif est un Kurde né en Irak qui a émigré à Toronto comme réfugié en 1993. Il est devenu citoyen canadien quatre ans plus tard.

En 2011, il a été arrêté dans un appartement d'Edmonton où il vivait avec sa compagne et les enfants de celle-ci.

Les avocats de la défense ont argué devant la Cour d'appel que la Gendarmerie royale du Canada ne lui avait pas donné accès à un avocat ou à un interprète le jour de son arrestation. Ils ont aussi soutenu que les verbatim des interrogatoires montrent que leur client ne comprenait pas ce qui se passait.

La Cour d'appel a statué qu'aucun de ces arguments ne méritait de garder Sayfildin Tahir Sharif au Canada.

INOLTRE SU HUFFPOST

Principaux attentats terroristes aux États-Unis