POLITIQUE

Toronto : l'hôtel de ville menacé d'explosion si Rob Ford ne démissionne pas

11/08/2014 05:35 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT
GEOFF ROBINS via Getty Images
Toronto Mayor Rob Ford leaves his office at city hall in Toronto on June 30, 2014 amid a crush of cameras. The crack-smoking mayor Rob Ford returned to work more popular than ever after a stint in rehab for his internationally publicized alcohol and drug abuse. AFP PHOTO/GEOFF ROBINS (Photo credit should read GEOFF ROBINS/AFP/Getty Images)

TORONTO - Le maire de Toronto, Rob Ford, a reçu lundi une lettre dans laquelle on lui demandait de démissionner, sans quoi l'hôtel de ville serait détruite par une explosion.

Les autorités policières ont été déployées sur place, mais aucune évacuation n'a été ordonnée.

Le porte-parole de la police de Toronto David Hopkinson a indiqué que les policiers avaient été dépêchés à l'hôtel de ville après qu'ils eurent été avertis par les agents de sécurité.

M. Hopkinson a affirmé que le bâtiment ne serait pas évacué et ne pouvait confirmer si une fouille avait été menée.

C'est le maire Ford qui a annoncé la nouvelle aux journalistes. Il a déclaré que le courriel avait été envoyé à son frère, le conseiller Doug Ford, dimanche soir.

Le maire tenait une copie de la lettre rédigée à l'ordinateur, sur laquelle on pouvait lire que c'était le «chaos» depuis qu'il était revenu de sa cure de désintoxication à la fin de mois de juin.

«Il a 12 heures pour donner sa démission sinon l'hôtel de ville explosera. J'ai déjà placé les explosifs», pouvait-on lire.

M. Ford a dit qu'il n'avait pas été indisposé par la menace. «Je passe à autre chose. Je fais mon travail comme à l'habitude. La police sera aux alentours et elle gère ça à partir de maintenant.»

Le maire s'est aussi défendu d'avoir sorti l'affaire au grand jour. «Lorsque quelque chose d'aussi sérieux est envoyé au bureau de mon frère et à l'adjoint au maire, c'est normal que le maire se penche là-dessus.»

La conseillère municipale Paula Fletcher a dit qu'il y avait un protocole à suivre en cas de menaces, mais qu'il n'empêche pas les autorités de les révéler. Elle a cependant déclaré qu'elle espérait que M. Ford savait que la menace n'était pas fondée avant de l'annoncer.

«J'espère qu'il a suivi les bonnes règles, ou son bon sens. Et comme nous sommes toujours à l'intérieur de l'hôtel de ville, je vais présumer qu'il s'agissait seulement d'une lettre provenant d'un individu dérangé.»

La porte-parole de la Ville, Wynna Brown, a révélé dans un courriel que la police «menait son enquête en collaboration avec les services de sécurité de l'hôtel de ville.»

Le maire controversé a fait face à de nombreuses demandes de démissions depuis qu'il a admis avoir consommé de la drogue et avoir développé une dépendance à l'alcool. Il a aussi été filmé en train de tenir des propos déplacés, notamment sur les minorités culturelles.

M. Ford a cependant rejeté ces appels à la démission, et il sollicite un nouveau mandat aux élections du 27 octobre.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?

INOLTRE SU HUFFPOST

Best Rob Ford GIFs