NOUVELLES

SNC-Lavalin vend ses parts dans l'entreprise qui exploite la centrale Astoria I

11/08/2014 11:20 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - SNC-Lavalin (TSX:SNC) a continué à se délester de certains de ses actifs en annonçant lundi la vente de sa participation dans la compagnie qui détient et exploite une centrale au gaz naturel new-yorkaise.

Pour un montant qui n'a pas été dévoilé, la firme d'ingénierie montréalaise cédera ses droits participation de 21 pour cent dans Astoria Project Partners LLC — l'exploitant de la centrale de gaz naturel Astoria I — à un acheteur dont l'identité n'a pas été révélée.

L'analyste Leon Aghazarian, de la Financière Banque Nationale, estime que la valeur de la participation de SNC devrait osciller entre entre 135 et 165 millions $.

«Cette transaction cadre avec notre stratégie, a souligné le président du secteur des infrastructures de SNC-Lavalin, Hisham Mahmoud. Nous continuerons de mettre à profit nos ressources pour étendre davantage nos investissements en infrastructures et faire croître nos activités dans les secteurs de l'ingénierie et de la construction.»

SNC-Lavalin et ses partenaires ont amorcé en 2004 les travaux pour Astoria I — une centrale au gaz naturel à cycle combiné de 550 mégawatts. Son exploitation commerciale avait débuté en mai 2006.

«Ce projet s'est avéré une réussite depuis son lancement il y a plus de 10 ans et tout au long de son cycle de vie, qui englobe la construction et l'exploitation de la centrale», a indiqué le directeur général du secteur des investissements dans des concessions d'infrastructure, Gerry Grigoropoulos.

L'annonce de lundi survient moins d'un an après que la firme d'ingénierie de Montréal eut vendu 66 pour cent de sa participation minoritaire dans la société qui exploitait la centrale new-yorkaise Astoria II.

«Nous sommes satisfaits de voir des actifs qui ne sont pas essentiels être monnayés, a observé l'analyste Maxim Sytchev, de Marchés des capitaux Dundee. Cette stratégie a du sens.»

En mai, SNC-Lavalin avait aussi également vendu la totalité de sa participation dans Altalink, la plus importante compagnie albertaine de transport d'électricité, pour 3,2 milliards $ au conglomérat américain Berkshire Hathaway.

Dans une note envoyée par courriel, M. Sytchev a par ailleurs souligné que le sort de certains autres actifs de la firme d'ingénierie québécoise devrait bientôt être scellé.

«L'attention est maintenant dirigée vers (la valeur de l'investissement de) l'autoroute 407, en Ontario», écrit-il.

Vendredi, au cours d'une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du deuxième trimestre, le président et chef de la direction de SNC-Lavalin, Robert Card, a laissé entendre que le processus de décision quant à la vente cet investissement progressait plus rapidement que prévu.

De son côté, Benoit Poirier, de Valeurs mobilières Desjardins, ne serait pas surpris de voir SNC vendre d'autres actifs dans un avenir rapproché.

«SNC a noté que les discussions concernant sa participation dans l’aéroport de Malte ainsi que le projet de nickel Ambatovy, entre autres, évoluent de façon positive», écrit l'analyste, dans une note.

SNC-Lavalin souhaite accroître rapidement sa présence dans le marché des ressources, qui englobe les secteurs du pétrole et du gaz naturel, des mines et de la métallurgie ainsi que de l'environnement et de l'eau.

La firme a par ailleurs allongé 2,1 milliards $ en juin dernier pour mettre la main sur Kentz Corporation Limited, une firme britannique spécialisée dans les secteurs pétroliers et gaziers.

Réunis en assemblée générale extraordinaire à Londres, lundi, les actionnaires de Kentz ont par ailleurs voté en faveur de l'offre de SNC-Lavalin. L'acquisition devrait ainsi prendre effet le 22 août, conformément à ses modalités.

Kentz — qui compte notamment Exxon Mobil, Shell, Chevron et Syncrude parmi ses clients — a plus de 14 500 travailleurs répartis à travers le monde.

PLUS:pc