NOUVELLES

Russie: la croissance ralentit à 0,8% sur un an au 2e trimestre(officiel)

11/08/2014 08:34 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT

La croissance économique de la Russie, actuellement affaiblie par la crise ukrainienne, a ralenti au 2e trimestre à 0,8% sur un an, contrairement aux estimations du gouvernement, selon des chiffres publiés lundi par l'institut des statistiques Rosstat.

Le gouvernement russe avait indiqué début juillet espérer une croissance "meilleure que prévu" à 1,2% pour le deuxième trimestre, contre 0,9% au premier, alors que l'Union européenne a lancé le 1er août une série de sanctions qui ont frappé la Russie au coeur de son économie.

Cette nouvelle baisse de la croissance russe donnée par Rosstat, qui ne publie pas de chiffres trimestriels, confirme le ralentissement progressif de l'économie russe ces dernières années, bien loin des rythmes annuels de 7% à 8% que connaissait la Russie lors des deux premiers mandats présidentiels de Vladimir Poutine (2000-2008).

"Nous nous attendons à ce que l'activité intérieure continue à ralentir. Nous estimons que cette année, la contraction du produit intérieur brut (PIB) sera de 1% sur un an", ont indiqué dans une note les analystes de Natixis.

"De plus, les sanctions de l'Union européenne (UE) ainsi que l'embargo sur les produits alimentaires vont considérablement affaiblir les perspectives de croissance de la Russie", ont-ils ajouté.

Une nouvelle salve de sanctions de l'UE a touché début août de plein fouet le coeur de l'économie de la Russie, qui a répliqué en établissant un embargo sur d'un an sur des produits alimentaires, visant des pays ayant adopté des sanctions économiques contre elle.

Depuis le début de la crise en Ukraine, qui a plongé Russes et Occidentaux dans leur plus grave affrontement depuis la fin de la Guerre Froide, la Russie voit aussi sa croissance ralentie en raison de massives fuites de capitaux, estimées à 75 milliards de dollars au premier semestre.

Son PIB s'est ainsi contracté au premier trimestre de 0,3% par rapport au précédent, en excluant les variations saisonnières.

De nombreux économistes, dont ceux du Fonds monétaire international (FMI), estimaient que la tendance serait de nouveau négative au deuxième, signifiant une entrée de la Russie en récession, mais selon le gouvernement russe, le pays a évité de justesse la récession.

Les autorités espèrent cependant toujours atteindre une croissance du produit intérieur brut de 1% sur l'année (contre 1,3% en 2013 et 3,4% en 2012), tandis que le FMI a abaissé sa prévision de croissance à 0,2% pour 2014, contre 1,3% auparavant.

all/plh

PLUS:hp