NOUVELLES

Nombreux éloges pour Raymond Gravel

11/08/2014 03:31 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT
PC

Les hommages se multiplient depuis l'annonce de la mort de l'abbé Raymond Gravel, plus tôt ce midi.

« L'Église catholique perd quelqu'un en qui beaucoup de gens se reconnaissent », explique Alain Crevier, animateur de l'émission Second Regard à Radio-Canada.

M. Crevier a parlé avec Raymond Gravel il y a quelques jours. Il affirme que l'abbé espérait toujours rencontrer le pape François au Vatican à la fin du mois.

« Il ne pensait pas que la fin était toute proche », ajoute-t-il.

Plusieurs ont d'ailleurs souligné la franchise et l'honnêteté de Raymond Gravel, qui ne cachait jamais ses positions.

« C'est un homme qui frappait par l'authenticité de ses positions. C'était un homme qui, à la fois, manifestait son attachement à l'Église catholique et la critiquait », a souligné Solange Lefebvre, professeure de théologie à l'Université de Montréal.

« C'est un homme qui était tellement vrai, que c'en était déconcertant. Il voulait vivre, c'est ce qui me fait le plus de peine », a souligné Sylvain Charron, animateur de l'émission La victoire de l'amour.

« Une grande perte pour toute l'Église de Montréal. Raymond était excessivement apprécié. Il n'y avait aucune zone grise avec Raymond, on savait tout de suite de quel côté il était », a expliqué Yves Côté, agent pastoral à la paroisse Saint-Pierre-Apôtre, à Montréal.

« C'est un homme qui a su garder sa foi jusqu'au dernier soupir », a pour sa part affirmé Soeur Angèle, qui l'a bien connu.

« Il ne jugeait personne et il était disponible pour tous », a raconté Christian Paradis, directeur adjoint du Service de sécurité incendie de Montréal. Raymond Gravel était l'aumônier des pompiers de la métropole. 

« L'abbé Gravel a été un pionnier, un des premiers à parler d'homosexualité à l'intérieur de l'Église », a dit Laurent McCutcheon, ambassadeur de la Fondation Émergence et ancien président de Gai Écoute. L'abbé a d'ailleurs reçu un prix pour sa lutte contre l'homophobie en 2004.

Réactions politiques

Les réactions sont aussi nombreuses sur le plan politique. Raymond Gravel a d'ailleurs été député du Bloc québécois pour la circonscription de Repentigny de 2006 à 2008.

« J'avais beaucoup d'admiration pour lui, affirme l'ancien premier ministre Bernard Landry. Nous pensions à peu près la même chose sur à peu près tout. C'est une perte pour notre vie civique. »

« C'était un personnage d'envergure, mais aussi quelqu'un d'une humilité peu commune », a rappelé l'ancien député bloquiste Michel Gauthier. 

INOLTRE SU HUFFPOST

Les réactions à la mort de l'abbé Gravel