NOUVELLES

Liban: polémique à Tripoli après le retrait de pubs pour la bière

11/08/2014 12:19 EDT | Actualisé 11/10/2014 05:12 EDT

La décision du maire de Tripoli de retirer des affiches publicitaires vantant une marque de bière, sous prétexte de l'extrémisme religieux, a provoqué un tollé dans cette grande ville du nord du Liban.

"Le moment n'est pas propice pour placarder ce type d'affiches car nous sommes dans une période de montée de l'extrémisme et la ville doit éviter toute provocation", a expliqué lundi dans un communiqué Nader Ghazal, maire de cette ville sunnite conservatrice, mais où vivent aussi des chrétiens et des alaouites. L'alcool est interdit par l'islam.

L'édile cite également un arrêté municipal de 2004, publié sur son site qui "interdit de placarder des affiches en faveur de l'alcool et du tabac, contraires aux bonnes moeurs, ou faisant la publicité de produits sionistes ou américains inscrits" sur la liste noire établie par le bureau de boycottage de la Ligue arabe.

De même, le maire, qui a fait retirer trois affiches samedi, avance le fait que les publicitaires n'avaient pas demandé l'accord préalable de la mairie.

Cette affaire a fait les choux gras des réseaux sociaux.

Sur Twitter, le hashtag en arabe "Prend une photo avec une bouteille de bière" a été lancé tandis qu'une internaute a publié une photo d'un couple buvant de la bière dans une piscine avec cette légende: "Parce que je suis de Tripoli et fière de l'être".

Un compte Twitter, "Tripoli loves beer", montre une photo d'une décharge publique avec ces mots: "pour la municipalité c'est plus important d'enlever ces affiches que de nettoyer la ville".

Beaucoup de restaurants et magasins de Tripoli servent ou vendent toutefois de la bière, y compris en face de la municipalité.

oi-kam-sk/ram/cco

PLUS:hp